Parlement Fédération Wallonie - Obligation de suivre des cours de morale ou religion démontée par des constitutionnalistes

12/03/13 à 18:53 - Mise à jour à 18:53

Source: Le Vif

(Belga) Des constitutionnalistes auditionnés mardi au parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles ont balayé l'obligation de suivre des cours de religion ou de morale non confessionnelle dans l'enseignement obligatoire organisé par la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Les professeurs Christian Behrendt (Université de Liège), Hugues Dumont (Facultés universitaires de Saint-Louis) et Marc Uyttendaele (Université Libre de Bruxelles) étaient invités en commission de l'Éducation concernant une proposition initiée par Richard Miller (MR) d'introduire un cours de philosophie et d'histoire culturelle des religions dans le programme du troisième degré de l'enseignement secondaire. Ce débat de longue date a été relancé depuis la proposition faite début 2012 par la ministre de l'Enseignement obligatoire Marie-Dominique Simonet (cdH) d'instaurer un tronc commun aux cours de religion ou de morale, autour du questionnement philosophique, du dialogue interconvictionnel et de l'éducation à une citoyenneté active. Évoquant les évolutions juridiques et sociétales, le professeur Dumont a encouragé les députés à agir. "La voie est ouverte, avancez, cessez de vous barricader sur vos piliers", a-t-il exhorté, après avoir lui-même remis en question le caractère obligatoire de suivre des cours de religion ou de morale déconfessionnalisée. S'il convient à ses yeux de maintenir l'obligation de proposer le choix aux parents ou à l'élève, il faut aussi prévoir une possibilité d'exemption non motivée pour ceux qui ne se reconnaîtraient pas non plus dans le cours de morale déconfessionnalisée. L'heure supprimée peut être comblée par un cours tel que l'envisagent M. Miller ou Mme Simonet pour éviter un vide pédagogique. Pour l'enseignement libre subventionné, imposer un tel remplacement est impossible, a ajouté M. Dumont, évoquant toutefois la possibilité de conditionner le subventionnement d'un établissement à l'introduction d'un tel cours. Pour Marc Uyttendaele (ULB), on peut aller plus loin. Dans l'enseignement organisé par la Fédération, le législateur peut rendre facultatif le cours de religion. La Flandre a clairement choisi cette option, a-t-il fait observer. (JAV)

Nos partenaires