Olivier Maingain dénonce la "danse du ventre" autour de la N-VA

26/08/13 à 09:47 - Mise à jour à 09:47

Source: Le Vif

(Belga) Le président des Fédéralistes Démocrates Francophones (FDF) a dénoncé lundi l'attitude duplice, selon lui, du PS et du MR qui critiquent la N-VA dans leurs discours de campagne, mais qui en même temps envoient vers elle des "émissaires en coulisses" pour pour préparer l'après-scrutin de 2014.

Interrogé lundi au micro de Matin Première (RTBF) sur les propos du ministre-président wallon Rudy Demotte (PS) prônant une forme de nationalisme wallon face à celui affiché par la N-VA, Olivier Maingain voit en réalité dans cette attitude le "début d'une danse du ventre" autour de la N-VA. Une pratique qui ne serait pas propre au PS, a-t-il ajouté, évoquant l'attitude "d'autres qui continuent à dîner avec la N-VA", une flèche visant le MR, et plus particulièrement Didier Reynders qui a rencontré récemment le bourgmestre d'Anvers et patron de la N-VA, Bart De Wever. Selon M. Maingain, la seule attitude valable dans le chef des partis francophones d'ici les élections est de dire qu'ils ne s'associeront en aucun cas avec la N-VA après 2014. "Il faut faire comprendre aux Flamands que le vote N-VA est un vote inutile", estime le leader amarante. Et si malgré cela les Flamands votent pour la formation indépendantiste, il faut qu'ils sachent que cela se fera "sans Bruxelles et sans la périphérie", a-t-il martelé. Interrogé sur les ambitions des FDF à l'occasion du maxi-scrutin de mai 2014, M. Maingain a indiqué que son parti souhaitait être la 3e plus grande formation à Bruxelles et "commencer à marquer notre présence en Wallonie". Quant à la récente décision des partis politiques de relever de 8,1 millions d'euros leur financement public, le président des FDF juge la chose "écoeurante (...) à l'heure où l'on supprime l'allocation de rentrée (scolaire)". Face à ce "tour de passe-passe des partis pour se préserver quelques privilèges", M. Maingain estime que l'attribution et le contrôle du financement des partis devraient être améliorés, notamment en accordant un pouvoir plus important à la Cour des Comptes. (Belga)

Nos partenaires