Océade et Mini-Europe - La Ville ne peut négocier elle-même avec les auteurs de projet - F. Thielemans

25/03/13 à 21:45 - Mise à jour à 21:45

Source: Le Vif

(Belga) La Ville de Bruxelles ne peut elle-même négocier l'avenir d'Océade et de Mini-Europe avec l'un ou l'autre auteur de projets engagés dans la course pour le projet Néo sous peine de provoquer l'annulation du marché, a affirmé lundi soir le bourgmestre de la Ville de Bruxelles Freddy Thielemans devant le conseil communal.

Le collège des bourgmestre et échevins a été interpellé sur ce dossier principalement depuis les bancs de l'opposition (Ecolo, cdH-CD&V, FDF, N-VA). Des questions posées et des réponses apportées par le collège, est ressorti un sentiment de malaise dans ce dossier, alors que des travailleurs avaient pris place sur les bancs du public. Les différents intervenants dans le débat se sont mutuellement renvoyé une part de responsabilité, la plupart des formations ayant, à un moment ou à un autre, souscrit au projet Néo qui engage les gestionnaires de ces deux pôles de loisirs à préparer leur avenir avec les promoteurs en compétition dans le cadre de la procédure de dialogue compétitif. "Les exploitants de Mini-Europe et d'Océade ont annoncé la fermeture des deux sites en août 2013. Il s'agit de leur décision. Nous avons appris qu'ils avaient reçu une intéressante proposition de l'Intercommunale du Brabant Wallon mais ils ont préféré ne pas y donner suite", a notamment relevé Freddy Thielemans. Le bourgmestre a répété que ceux-ci étaient au courant des intentions de la Ville pour le devenir du plateau du Heysel "depuis 5 ans au moins" et qu'ils avaient bénéficié en 2010 d'une prolongation de la concession pour 3 ans. Ils ne pouvaient répondre seuls à l'appel d'offres dans le cadre de Néo, "mais ils peuvent encore s'associer avec d'autres et leur expérience serait très utile aux auteurs de projet", a ajouté Freddy Thielemans. Celui-ci a par ailleurs indiqué que les terrains devaient être disponibles en 2014 pour ne pas écorner la confiance des trois candidats au marché. (JDD)

Nos partenaires