"Obama va devoir se rapprocher de l'Europe"

07/11/12 à 11:20 - Mise à jour à 11:20

Source: Le Vif

(Belga) La crise économique européenne n'est bonne pour personne, et certainement pas pour les Etats-Unis a affirmé le professeur de politique internationale à HEC-ULG, Michel Hermans, après l'annonce de la victoire du candidat démocrate mercredi. "Durant son premier mandat, Obama a quelque peu snobé l'Europe. Il va devoir rééquilibrer les relations et davantage soutenir les Européens", a-t-il estimé.

"Obama va devoir se rapprocher de l'Europe"

L'Union européenne reste un important client/partenaire économique pour les Etats-Unis. "Le président Obama s'est rendu compte de l'importance d'un rapprochement avec les pays européens et de la nécessité de les aider à surmonter la crise. Dans les années à venir, son objectif est de retrouver l'équilibre entre l'Asie et l'Europe. Les Américains ne peuvent plus se limiter uniquement à leurs partenaires asiatiques", explique encore le professeur. Les USA vont également continuer à entretenir des relations positives avec deux autres gros partenaires économiques: la Russie et la Chine. "L'un est un important fournisseur d'énergie et l'autre un grand producteur de biens." Le président Obama va également, au niveau de la politique internationale, devoir gérer la problématique de la Syrie et de l'Iran. "Comment va-t-il se positionner par rapport aux velléités d'attaques israéliennes qui visent à stopper le développement nucléaire de Téhéran? Soit il se range à l'avis du premier ministre Netanyahu et soutient militairement Israël, soit il continue à négocier pour faire fléchir l'Iran." Point central du programme de politique étrangère de son premier mandat, le conflit israélo-palestinien a rapidement été abandonné. "Obama a ensuite profité d'un calme relatif sur le terrain." Pour la Belgique, rien ne change vraiment. "Le gouvernement sait à quoi s'en tenir avec l'administration Obama. (Le ministre des Affaires étrangères) Didier Reynders et (le Premier ministre) Elio Di Rupo ont immédiatement félicité le démocrate. Ils saluent souvent ses idées progressistes. On va donc simplement poursuivre le travail entamé", conclut M. Hermans. (JEWEL SAMAD)

Nos partenaires