Obama: Premier Président à "live-twitter"

07/07/11 à 12:29 - Mise à jour à 12:29

Source: Le Vif

Obama a pris part hier à une séance inédite de questions-réponses avec ses concitoyens via...Twitter.

Obama: Premier Président à "live-twitter"

© Belga-Xinhua

Le Président Obama connaît l'importance d'Internet et des réseaux sociaux. Il l'avait démontré en ayant une longueur d'avance "technologique" sur son adversaire républicain lors de la campagne présidentielle. Le futur Président des Etats-Unis avait bien compris l'importance du net pour rendre la démocratie davantage participative.

Les utilisateurs de Twitter ont donc pu poser leurs questions au Président américain en utilisant le marqueur #AskObama. Et des milliers de messages ont afflué. La vidéo en direct de l'événement a été diffusée sur le site internet "http://askobama.twitter.com".

Le temps étant compté, le Président américain n'est parvenu à répondre qu'à 18 des...169 365 questions posées. Une limite de caractères pour les questions était imposée. Le Président des Etats-Unis, pouvait, quant à lui, dépasser cette limite et il s'est montré particulièrement bavard. Les thèmes de l'emploi, de l'enseignement, des impôts et du budget ont été abordés durant une bonne heure.

Et ses adversaires politiques ont également emprunté la voie du tweet pour lui poser des questions sur le dossier du moment : le budget. Et à travers Twitter, le Président expliqué sa stratégie de réduction du déficit budgétaire. Cela alors que les Etats-Unis pourraient se diriger vers un défaut de paiement.

Obama a insisté sur la nécessité que le Congrès relève le plafond de la dette d'ici au 2 août, date-butoir évoquée par le Trésor. Ne pas relever ce plafond pourrait "créer une nouvelle spirale vers une deuxième récession, ou pire", a-t-il affirmé.

Les Républicains, majoritaires à la Chambre des Représentants refusent quant à eux toute hausse de fiscalité. Ils craignent la perte d'emplois liée à cette mesure. A cela, Obama a répliqué qu "Une hausse modeste de la fiscalité pour les personnes les plus aisées n'a pas d'effet nocif sur la croissance de l'emploi".

Alors, bientôt la fin des traditionnels débats télévisés en face à face ? Et bonjour aux duels sur Twitter? Avec un Président fervent utilisateur des dernières technologies, la campagne présidentielle de 2012 s'annonce d'ores et déjà très...technologique.

Le vif.be avec L'Express.fr

En savoir plus sur:

Nos partenaires