Nouvelle estimation des sièges; tractations pour former majorité et groupes politiques

26/05/14 à 17:34 - Mise à jour à 17:34

Source: Le Vif

(Belga) Le Parti populaire européen (PPE) obtient 213 sièges sur 752 au Parlement européen (28,36%), selon une nouvelle estimation diffusée à 15h30. Il devance la famille sociale-démocrate (190 sièges, 25,3%). Les deux grands groupes confirment leur domination de l'assemblée, loin devant les libéraux, qui, avec 64 élus (8,52%), cèdent du terrain par rapport aux précédentes estimations.

Nouvelle estimation des sièges; tractations pour former majorité et groupes politiques

Le PPE et le PSE disposent à eux deux provisoirement d'une majorité de 403 sièges, clairement supérieure à la majorité absolue de 376 voix nécessaires pour soutenir la prochaine Commission européenne. Un accord de majorité entre ces deux formations se dessine comme la seule issue possible du scrutin, l'unique question ouverte restant celle de la participation d'un troisième parti. Les libéraux de Guy Verhofstadt essaient de se positionner en force d'appui. Derrière les trois premières forces du Parlement, les autres courants politiques travaillaient lundi à former des groupes parlementaires les plus larges possibles. Les règles de l'assemblée imposent un seuil minimum de 25 élus issus de 7 pays différents. Les Verts restaient pour l'heure la quatrième famille politique, avec 53 sièges, mais ils pourraient céder du terrain, notamment avec la perte des quatre élus N-VA, avec qui ils siégeaient dans le Parlement sortant, dans le cadre d'un groupe technique écolo-régionaliste. Le groupe ECR (Europeans Conservatives & Reformists), constitué autour des Tories britanniques, pourrait récupérer ces élus. Il semble en passe de voir grossir ses rangs par rapport aux projections actuelles de 46 sièges. Le parti allemand anti-euro AfD, notamment, pourrait le rejoindre. A l'extrême-droite, le FN français manoeuvre pour former un groupe avec notamment le Vlaams Belang, la Ligue du Nord italienne, le FPÖ autrichien et le PVV néerlandais, mais il n'est pas acquis qu'il réunira un nombre suffisant de pays pour respecter les critères. L'Ukip de Nigel Farage, qui refuse de rejoindre le groupe d'extrême-droite, est dans la même situation. (Belga)

Nos partenaires