Nouveaux affrontements meurtriers entre Boko Haram et les forces de l'ordre

25/10/13 à 19:42 - Mise à jour à 19:42

Source: Le Vif

(Belga) L'armée nigériane a annoncé vendredi avoir tué la veille 74 islamistes présumés dans l'Etat de Borno, le jour-même où d'autres membres présumés de Boko Haram menaient une vaste attaque contre la police dans un autre Etat du nord-est, celui de Yobe, faisant un "nombre indéterminé de victimes". Ces nouvelles violences surviennent cinq mois après le début de l'offensive militaire lancée dans trois Etats du nord-est afin de mettre fin à l'insurrection islamiste de Boko Haram dans cette partie du pays.

Nouveaux affrontements meurtriers entre Boko Haram et les forces de l'ordre

L'opération de l'armée, qui a eu lieu jeudi contre deux villages proches de Maiduguri, capitale de Borno et fief historique de Boko Haram, fait suite à une autre intervention, lundi, qui avait fait 37 morts parmi les islamistes, toujours dans l'Etat de Borno, selon l'armée. "Des opérations combinant des combats au sol et des attaques aériennes ont mené à la destruction de camps terroristes identifiés, tuant 74 militants présumés", a déclaré un porte-parole de l'armée dans cette zone. Boko Haram revendique la création d'un Etat islamique dans le nord du Nigeria, majoritairement musulman, au contraire du sud, à majorité chrétienne. L'armée soutient que son offensive dans le nord-est a affaibli la secte islamiste, mais cela n'a empêché de nombreuses attaques ces dernières semaines, qui ont tué des centaines de civils, dont de nombreux étudiants. Cette même journée de jeudi, à Damataru, capitale de l'Etat de Yobe, des membres présumés de Boko Haram ont mené une vaste attaque coordonnée contre au moins quatre bâtiments de police, entraînant une riposte des forces de l'ordre. Ces attaques qui ont débuté jeudi en fin de journée et ont duré jusque tard dans la nuit, ont fait "un nombre indéterminé de victimes", selon un responsable de la police. Les attaques de Boko Haram et leur répression sanglante ont fait au moins 3.600 morts depuis 2009, selon l'ONG Human Rights Watch. (Belga)

Nos partenaires