Nigeria: le "dialogue" avec Boko Haram reste une option, disent les militaires

19/03/14 à 22:23 - Mise à jour à 22:23

Source: Le Vif

(Belga) L'armée nigériane, aux prises avec une violente insurrection d'islamistes extrémistes dans le nord-est du pays, a indiqué mercredi que le "dialogue" restait toujours une option pour mettre fin au conflit avec Boko Haram, lors d'une visite de hauts responsables militaires dans la région.

"Aux insurgés, nous disons que le dialogue est toujours ouvert, même si l'armée dispose de la puissance militaire pour vaincre l'insurrection", a déclaré le chef d'état-major de l'armée, le général Kenneth Minimah, dans la ville de Maiduguri, fief de Boko Haram dans cette région à majorité musulmane. Pour cette visite dans cette ville --théâtre vendredi dernier d'un assaut spectaculaire de Boko Haram contre une caserne de l'armée -- le chef de l'armée de terre était également accompagné du commandant des forces aériennes Adesola Amosu. La contre-offensive de l'armée nigériane, lancée en mai 2013, met en oeuvre des troupes au sol ainsi que l'aviation. Mais une série d'attaques sanglantes de Boko Haram contre des cibles civiles et militaires a suscité beaucoup d'interrogations sur la stratégie adoptée par le pouvoir alors que le conflit a fait des milliers de morts et se poursuit de plus belle. Des experts avaient récemment invité le gouvernement à établir des canaux de communication avec les insurgés, et d'élargir la contre-offensive à des domaines non militaires avec les plus modérés d'entre eux, en prévoyant des mesures pour le développement socio-économique de cette région pauvre du nord-est du pays, en contraste avec le sud pétrolier et majoritairement chrétien. Mardi déjà, le conseiller à la Sécurité nationale Sambo Dasuki a dévoilé une nouvelle stratégie, plus large, une "méthode douce" impliquant les communautés locales dans la lutte contre les islamistes. La visite du général Minimah, nommé en janvier à son poste après le limogeage par le président Goodluck Jonathan de tout le commandement militaire, a pour objectif de remonter le moral des troupes. Pour sa part, le chef de l'armée de l'air s'est dit satisfait des "dommages infligés à l'ennemi". Le rôle de l'aviation est de "harceler l'adversaire et de le convaincre qu'il a intérêt ou à dialoguer ou jeter ses armes", a-t-il dit. (Belga)

Nos partenaires