New York: dix millions de dollars pour 16 ans passés à tort en prison

21/08/14 à 00:05 - Mise à jour à 00:05

Source: Le Vif

(Belga) Un New-Yorkais qui avait passé 16 ans en prison pour un meurtre qu'il n'avait pas commis, a obtenu de la ville de New York 10 millions de dollars de compensation, a-t-on appris mercredi de son avocat.

Jabbar Collins, un Afro-Américain aujourd'hui âgé de 42 ans, avait été condamné à Brooklyn en mars 1995 pour le meurtre d'un rabin, Abraham Pollack en février 1994, notamment sur la base de témoignages affirmant l'avoir vu s'enfuir du lieu du crime. Il avait alors 21 ans. Depuis sa prison, M. Collins avait appris le droit, et découvert que l'un des témoins était revenu sur ses déclarations avant même le procès, sans que son avocat n'en soit informé. Ses déclarations avaient été écrites par la police, et le témoin avait expliqué les avoir signées sous la contrainte, pour éviter d'être inculpé dans une autre affaire. Jabbar Collins avait aussi découvert d'autres pratiques douteuses, et un juge avait annulé la condamnation en juin 2010, dénonçant ces pratiques "honteuses" du bureau du procureur de l'époque Charles Hynes. M. Collins avait été libéré. Il avait alors porté plainte au civil contre la ville et l'Etat de New York. Les deux ont préféré un accord à l'amiable pour éviter le procès. L'Etat a accepté le mois dernier de verser 3 millions de dollars, la ville, dont le procès devait démarrer en octobre, 10 millions. La ville de New York a récemment réglé à l'amiable plusieurs procédures intentées par des personnes condamnées à tort dans les années 80 et 90. Cinq hommes injustement accusés du meurtre d'une joggeuse à Central park en 1989, alors qu'ils étaient adolescents, ont ainsi obtenu récemment 1 million de dollars par année passée en prison, selon l'avocat de M. Collins Joel Rudin. Et en février la ville avait annoncé qu'elle allait verser 6,4 millions de dollars à David Ranta, un homme ayant passé 23 ans en prison pour un meurtre qu'il n'avait pas commis. Depuis sa sortie de prison, Jabbar Collins travaillait comme assistant juridique au cabinet de son avocat. Désormais riche, il a décidé de commencer par prendre de longues vacances, et veut ensuite devenir pasteur, tout en continuant à travailler pour des personnes condamnées à tort. (Belga)

Nos partenaires