Neuf détenus marocains purgent leur peine dans leur pays d'origine depuis mai 2012

23/07/13 à 18:16 - Mise à jour à 18:16

Source: Le Vif

(Belga) Depuis mai 2012, neuf détenus de nationalité marocaine condamnés en Belgique purgent une peine de prison dans leur pays d'origine, a indiqué mardi la ministre de la Justice, Annemie Turtelboom. Ils totalisent 95 ans de prison.

Neuf détenus marocains purgent leur peine dans leur pays d'origine depuis mai 2012

En 1997, les deux royaumes avaient signé un premier protocole permettant le retour de ces détenus mais sur une base volontaire. L'initiative n'avait pas connu un grand succès. En mars 2007, une délégation importante du gouvernement fédéral s'était rendue à Marrakech pour y conclure une convention annexe permettant à la Belgique d'envoyer des prisonniers marocains vers le Maroc. A cette époque, environ 1.100 Marocains purgeaient leur peine de prison en Belgique. Quatre ministres avaient fait le déplacement: Guy Verhofstadt, alors premier ministre, Laurette Onkelinx, ministre de la Justice, Patrick Dewael et Armand De Decker, respectivement en charge de l'Intérieur et de la Coopération. Plusieurs conditions étaient mises pour permettre ce transfèrement: la personne ne peut être en détention préventive, elle ne peut posséder la double nationalité, présenter des liens durables avec la Belgique ou bénéficier d'un titre de séjour. La mise en oeuvre de l'accord s'est toutefois fait attendre puisque le parlement marocain ne l'a ratifié qu'en avril 2011. Une visite discrète de la ministre à Rabat a permis de le rendre opérationnel, a-t-elle expliqué mardi. "J'ai eu une approche très pratique: je leur ai expliqué que l'on avait un accord et leur ai demandé ce qu'il fallait pour l'exécuter, de quoi avez-vous besoin pour être sûr que le détenu qu'on vous envoie est bel et bien Marocain". A ce jour, neuf détenus en situation illégale en Belgique ont pu être renvoyés vers le Maroc. Certains ont été condamnés pour des faits graves, comme le meurtre, le viol, la séquestration et la torture. Une vingtaine d'autres dossiers sont à l'étude. (Belga)

Nos partenaires