Naufrage du paquebot Charlesville - "Le navire n'était pas assez adapté aux conditions de transport maritime"

31/05/13 à 15:39 - Mise à jour à 15:39

Source: Le Vif

(Belga) Le paquebot Charlesville n'était pas suffisamment adapté aux conditions de transport maritime pour être remorqué depuis le port de Rostock, en Allemagne, jusqu'en Lituanie, a indiqué jeudi le professeur Eric Van Hooydonk, également président de l'asbl Watererfgoed Vlaanderen (Héritage maritime de Flandre), qui avait entrepris plusieurs tentatives ces derniers mois pour sauver le paquebot de la casse. "La question est maintenant de savoir s'il s'agit véritablement d'un accident", a-t-il poursuivi, se référant aux rumeurs selon lesquelles le naufrage du bateau impliquerait une fraude potentielle à l'assurance.

Naufrage du paquebot Charlesville - "Le navire n'était pas assez adapté aux conditions de transport maritime"

Le Charlesville est le dernier navire de la Compagnie maritime belge (CMB) qui reliait Anvers à Matadi (Congo belge) dans les années 60. Il a sombré dans la nuit de jeudi à vendredi au large des côtes polonaises, alors qu'il était conduit par un remorqueur vers un champ de démolition en Lituanie. "Lors de la transformation du navire en maison de jeunesse à Rostock, quelques hublots avaient été ajoutés", explique M. Van Hooydonk. "Et selon nos informations, ils ont été mal fermés avant que le bateau soit remorqué". L'asbl Watererfgoed Vlaanderen examinera dans les prochains jours s'il existe une petite chance que le bateau ait été correctement verrouillé, ce qui limiterait les dégâts. Cela étant, "il ne s'agit pas d'un dossier facile", affirme le professeur. "La situation juridique est assez floue en ce qui concerne le propriétaire et l'assurance du bateau". Eric Van Hooydonk dispose, par ailleurs, de photos montrant que plusieurs objets de valeur historique ont été emportés peu avant le remorquage du Charlesville. Pourtant, "l'autorisation ne valait que pour le déplacement du navire. Il n'y était pas question de modifier son intérieur", conclut-il, ajoutant que ceci ferait l'objet d'investigations. (Belga)

Nos partenaires