Modèle institutionnel: les partis francophones refusent de courir derrière Bart De Wever

14/09/12 à 19:35 - Mise à jour à 19:35

Source: Le Vif

(Belga) Si l'on en croit leurs chefs de file, les partis francophones n'entendent pas entrer dans le jeu de Bart De Wever, le président de la N-VA, qui a laissé ouvertement entendre qu'il visait de nouvelle négociations communautaires après 2014. Au cours d'un premier débat télévisé organisé à un mois du scrutin communal par la chaîne de télévision Télé Bruxelles, les présidents des partis francophones - à l'exception du PS représenté par Philippe Moureaux - ont jugé qu'il était de l'intérêt des francophones de se concerter après le scrutin d'octobre pour préparer le transfert des compétences prévu dans l'accord institutionnel.

Modèle institutionnel: les partis francophones refusent de courir derrière Bart De Wever

"La question n'est pas de danser comme Bart De Wever siffle. Notre ambition doit être de partager un projet commun entre Wallons et Bruxellois", a affirmé le président du cdH Benoît Lutgen. Philippe Moureaux a dit refuser de courir derrière le président de la N-VA auquel on accorde une importance "démesurée", d'autant que le défi pour les Wallons et les Bruxellois existe en dehors du patron de la N-VA, à travers notamment les éléments de l'accord gouvernemental à mettre en oeuvre. Le président du MR, Charles Michel, a estimé qu'il était essentiel de faire preuve de sang froid et d'éviter de tomber dans les querelles partisanes et sur le plan communautaire dans les prochains mois. Pour Olivier Maingain (FDF), le contexte se dégrade car le gouvernement tarde à lancer un plan de soutien à la croissance économique et parce que la réforme de l'Etat est perçue au nord du pays comme un encouragement à aller plus loin. "Il ne faut pas se focaliser sur Bart De Wever, ayons la volonté de dire enfin quelle ligne on ne franchira pas", a-t-il dit. Rappelant que les écologistes avaient choisi de participer au déblocage institutionnel depuis l'opposition, Olivier Deleuze (Ecolo) a souligné que "l'échéance de l'indépendance de la Flandre de De Wever, c'est 2014. D'ici la, cela ne m'intéresse pas", a-t-il commenté. (NICOLAS MAETERLINCK)

Nos partenaires