Microsoft a reçu plus de 75.000 demandes gouvernementales de données en 2012

22/03/13 à 00:05 - Mise à jour à 00:05

Source: Le Vif

(Belga) Des gouvernements ont formulé plus de 75.000 demandes de données en 2012, relatives à plus de 137.000 comptes internet, auprès du groupe informatique Microsoft, a révélé ce dernier jeudi.

Microsoft a reçu plus de 75.000 demandes gouvernementales de données en 2012

Parmi les 75.378 demandes figuraient des requêtes concernant la société de téléphonie par internet Skype, rachetée en 2011 par Microsoft, a précisé ce dernier sur son site. Microsoft a divulgué des données de "contenu client" en réponse à 2,1% des demandes (soit 1.558 requêtes), et des données de "non contenu" --qui peuvent néanmoins inclure l'adresse email, le nom, le lieu ou l'adresse IP (numéro d'identification d'un appareil, ndlr)-- en réponse à 80% des demandes, sauf celles faites auprès de Skype. Skype n'a pas divulgué de "contenu" en réponse aux 4.713 demandes reçues, mais donné les identités Skype ou d'autres identifiants dans plus de 500 cas. Au final, "moins de 0,02% des utilisateurs actifs (de Microsoft) ont été affectés" par ces demandes de données, a précisé un conseiller juridique de Microsoft, Brad Smith. "Depuis quelques mois, il y a un intérêt grandissant du public pour savoir combien de fois les gouvernements demandent des données sur les clients des sociétés de nouvelles technologies, et comment notre secteur répond à ces demandes", a expliqué M. Smith. "Microsoft défend les droits de l'homme, la liberté d'expression, et la vie privée", mais "comme chaque société, nous sommes dans l'obligation de répondre aux demandes officielles de la police", s'est-il défendu. Environ deux tiers des demandes formulées auprès de Microsoft et qui ont donné lieu à une publication de données, provenaient de cinq pays: les Etats-Unis, le Royaume-Uni, l'Allemagne, la France et la Turquie. Pour Skype, 81% des demandes provenaient de cinq pays: Etats-Unis, Royaume-uni, Allemagne, France, et Taïwan. Le géant de l'internet Google avait rendu publiques début mars les demandes de données formulées par les agences gouvernementales américaines, au nom de la loi antiterroriste Patriot Act, adoptée après les attentats du 11 septembre 2001. (NBA)

Nos partenaires