Michelle Martin: Benoît Lutgen appelle au sang froid et recale Charles Michel

29/08/12 à 09:04 - Mise à jour à 09:04

Source: Le Vif

(Belga) La libération conditionnelle de Michelle Martin "bouleverse en tant qu'être humain", mais les responsables politiques doivent garder leur sang froid pour prendre "les décisions les plus justes possible" tant en matière de sanctions que d'écoute des victimes, a commenté mercredi le président du cdH Benoît Lutgen.

Michelle Martin: Benoît Lutgen appelle au sang froid et recale Charles Michel

"Nous ne sommes pas là pour commenter des décisions de justice, il y a séparation des pouvoirs", a-t-il ajouté sur les ondes de Bel-RTL, tout en rappelant la distinction que le jury populaire d'Arlon avait faite entre Marc Dutroux et son ex-femme. Benoît Lutgen qualifie de "faux" les propos du président du MR Charles Michel, qui avait affirmé la veille que l'opposition du PS aux peines incompressibles avait rendu possible la libération de Michelle Martin à ce stade de la peine. "Il n'y a pas de possibilité de rétroactivité par rapport à la loi. Donc même si le parlement avait pris ses responsabilités en son temps, c'était de toute façon après les faits". Voyant "beaucoup d'agitation" dans le chef de M. Michel, le président des humanistes rappelle l'accord de gouvernement qui prévoit de durcir les conditions de libération anticipée pour les crimes les plus graves. Il demande aussi un degré d'appel des décisions du tribunal d'application des peines "pour que les familles puissent entendre et avoir accès à l'ensemble des éléments". Dénonçant la démagogie et le populisme, il dit pouvoir comprendre la colère ainsi que la sensibilité des familles des victimes. "Et vous savez la proximité que l'on peut avoir avec certaines familles", ajoute-t-il, par allusion à Jean-Denis Lejeune, présent sur une liste cdH pour les élections communales à Flémalle. (BPE)

Nos partenaires