Meurtre de Hugues Henneaux: pas de nouvelle inculpation après une seconde reconstitution

20/11/13 à 18:53 - Mise à jour à 18:53

Source: Le Vif

(Belga) La deuxième reconstitution dans l'affaire du meurtre de Hugues Henneaux, qui s'est déroulée mercredi à Neufchâteau, n'a pas donné lieu à une nouvelle inculpation et le principal suspect, Jean-Philippe Blanc, n'a pas fait d'aveu, a-t-on appris au parquet chestrolais. Le corps de la victime, marchand de véhicules de Libramont, avait été retrouvé le 3 mai dernier dans le coffre de l'une de ses voitures à Neufchâteau. La victime, qui était portée disparue depuis quatre jours, est décédée à la suite de coups à l'arme blanche.

Jean-Philippe Blanc est sous mandat d'arrêt depuis mai dernier du chef d'homicide volontaire, vol de voiture et recel de cadavre. Il s'était présenté lui-même à la police après qu'un avis de recherche le concernant eut été diffusé. Il avait rencontré Hugues Henneaux le jour de sa disparition. Un second individu a aussi été inculpé de vol de voiture et de recel de cadavre. Il n'a toutefois pas été privé de liberté. Une première reconstitution sur les lieux présumés du crime, chez Hugues Henneaux à Libramont, avait déjà eu lieu quelques jours après la découverte du corps de la victime. A la suite de nouvelles explications du deuxième inculpé, le juge d'instruction avait décidé d'organiser une seconde reconstitution qui s'est tenue mercredi. Les deux inculpés se rejettent les responsabilités. Le second explique avoir été appelé par le premier. "Contrairement à ce qu'il a dit auparavant, il explique qu'il s'est bien retrouvé le jour des faits chez Hugues Henneaux. La reconstitution a pris en compte ces déclarations", a précisé le substitut du procureur du Roi, Dimitri Gourdange. Cependant, cette participation à la reconstitution n'a pas pour autant été suivie d'un nouveau chef d'inculpation. Jean-Philippe Blanc, lui, nie toujours avoir porté des coups mortels à Hugues Henneaux et n'a pas changé de version mercredi. "Il a confirmé qu'il était bien présent", précise simplement son avocate, Me Anne-Catherine Mignon. Le substitut Gourdange déclare, de son côté, que l'enquête avance. (Belga)

Nos partenaires