Météo : Un réchauffement sans grandes conséquences

19/10/12 à 17:25 - Mise à jour à 17:25

Source: Le Vif

(Belga) Le redoux que connaît la Belgique depuis quelques jours n'aura que très peu d'impact sur la faune et la flore. Le constat est le même en matière d'agriculture.

Cette phase de réchauffement est "un phénomène qui météorologiquement n'a rien d'exceptionnel", confie Gregory Mahy, professeur d'écologie à la faculté agronome de Gembloux. "Des redoux en début d'automne ce n'est pas rare", ajoute-t-il. Peu de répercussions sur la faune et la flore sont à prévoir car les espèces ont terminé leurs cycles reproductifs et sont déjà entrées en période de dormance. "Bien plus que la température, c'est la lumière qui est le principal facteur déclenchant ce mécanisme biologique", expose-t-il. Des réchauffements semblables ont un impact plus significatif quand ils précèdent le printemps, ce qui plus est rare. Ils prématurent alors le réveil des organismes à une période où la nourriture disponible n'est pas encore abondante. Dans les champs, on ne devrait pas non plus tirer de profits particuliers de la situation. Certaines espèces de mauvaises herbes pourraient au contraire se développer un peu plus, "mais rien d'insurmontable pour les agriculteurs qui ont l'habitude de ce cas de figure", conclut Gregory Mahy. Avec des maxima compris entre 16 et 22 degrés selon la région, la Belgique connaît depuis quelques jours une météo particulièrement douce. Elle devrait se prolonger jusqu'au mardi 23 après quoi, le mercure devrait afficher 10 degrés de moins. (ADG)

Nos partenaires