Mega-prison de Haren: Yvan Mayeur souhaite une prolongation de la durée d'enquête publique

02/06/14 à 22:46 - Mise à jour à 22:46

Source: Le Vif

(Belga) Le bourgmestre de la Ville de Bruxelles, Yvan Mayeur (PS) a donné lundi une suite favorable à une demande d'habitants de Haren, relayée par la conseillère communale Marie Nagy (Ecolo), de prolonger la durée de l'enquête publique ouverte au sujet du projet de construction de la future mega-prison sur le territoire de cette entité de la capitale. Cette enquête publique est théoriquement ouverte jusqu'à la fin du mois de juin.

Mega-prison de Haren: Yvan Mayeur souhaite une prolongation de la durée d'enquête publique

Certains habitants ont eu la désagréable surprise de constater que le dossier n'était consultable au service de l'Urbanisme qu'en néerlandais et qu'il leur était interdit de bénéficier d'une copie. Répondant au nom de l'échevin de l'Urbanisme Geoffroy Coomans de Brachène, Alain Courtois (MR) a plaidé pour l'organisation, par la Régie des Bâtiments et/ou l'entrepreneur d'une séance d'informations pour les habitants. Souscrivant à ce point de vue, le bourgmestre Yvan Mayeur s'est dit partisan d'une prolongation de l'enquête publique, et d'une autorisation de la transmission de copies de tout ou une partie du dossier pour permettre aux comités et associations de prendre position de manière avisée. Pour lui, c'est à la Régie des Bâtiments qu'il appartient, le cas échéant, de dire quelles parties du dossier ne pourraient pas être copiées, mais pas à l'administration locale d'assumer ce type de responsabilité seule. Concernant l'absence de version en français du dossier, Yvan Mayeur n'a pas caché un certain agacement devant l'argument avancé par la Régie des Bâtiments et/ou le secrétaire fédéral en charge du dossier, selon lequel la demande a été introduite par la société privée qui a emporté le marché. "Il s'agit d'un projet de l'autorité et il serait incroyable qu'il n'y ait pas de traduction du dossier. La Ville de Bruxelles est du côté des habitants d'autant qu'elle se pose elle-même une série de questions jusqu'ici restées sans réponse sur l'impact du projet en termes de mobilité, d'organisation de transport de détenus et d'impact au niveau du CPAS", a-t-il souligné en marge de la séance. (Belga)

Nos partenaires