Médecins du monde se veut d'une transparence totale et explique ses factures au Samusocial

25/10/13 à 18:25 - Mise à jour à 18:25

Source: Le Vif

(Belga) L'association Médecins du monde (MdM), citée dans le rapport de l'Inspection des Finances sur la gestion des finances du Samusocial bruxellois a tenu à apporter vendredi des explications quant au rôle des médecins travaillant en son nom dans le contexte de l'aide apportée aux sans-abri.

Médecins du monde se veut d'une transparence totale et explique ses factures au Samusocial

Se voulant d'une "transparence totale", elle n'a pas manqué de dire qu'elle n'a jamais été interpellée ni par l'Inspection des Finances, ni par le Samusocial, ni par les médias, qui ont relayé que l'Inspection des Finances reprocherait au Samu social de ne pas expliquer ce que recouvrent les 25.000 euros versés à cette organisation. "Depuis l'hiver 2011, nous avons obtenu du Samu social qu'il soutienne l'intervention des 150 médecins et infirmiers bénévoles de Médecins du Monde au chevet de près de 1.100 personnes sans abri durant plus de 120 nuits. Cela s'est traduit par une note de frais de 23.573 euros début 2012 pour les 3.288 consultations de l'hiver 2011-2012. (3,8 euros la consultation et le même montant en médicaments par patient), deux notes de frais totalisant 40.000 euros début 2013 pour les 6.945 consultations de l'hiver 2012-2013 (2,9 euros la consultation et le même montant de médicaments par patients)", a expliqué Médecins du monde dans un communiqué. L'organisation a ajouté que le dispositif hivernal nécessitait, outre l'engagement des bénévoles, plus de 70.000 euros de dépenses à MdM (dix euros par personne, consultation et médicaments compris). Ces dépenses sont couvertes par la générosité du public. Médecins du monde a par ailleurs précisé que les justificatifs de dépenses (factures de médicaments et fiche de salaire de la coordination médicale à l'appui) ont été remis au SAMU social. Un rapport d'activité des consultations a été envoyé d'initiative aux autorités compétentes et présenté à notre demande au Parlement bruxellois. (Belga)

Nos partenaires