Maroc: les membres des réseaux démantelés avaient tissé des liens à Melilla et en Belgique

09/05/13 à 20:57 - Mise à jour à 20:57

Source: Le Vif

(Belga) Les membres des deux cellules extrémistes récemment démantelées près de Nador (nord) voulaient "mener des attaques jihadistes" au Maroc, et avaient noué des contacts dans l'enclave espagnole de Melilla et en Belgique, a affirmé jeudi le ministère de l'Intérieur.

"Les membres des deux cellules, imprégnés de l'idéologie takfiriste, avaient tissé des liens avec des personnes à l'étranger partageant les mêmes idées, à Melilla occupée et en Belgique", a annoncé ce ministère dans un communiqué. Melilla et Ceuta sont les deux enclaves espagnoles sur le sol nord-africain. Selon la même source, le but de ces personnes était "de renforcer leurs rangs en enrôlant un plus grand nombre d'adeptes, dans le perspective de proclamer le jihad à l'intérieur du Maroc". D'après le ministère marocain de l'Intérieur, les responsables des deux réseaux avaient par ailleurs "entrepris de créer une école privée dans la région de Farkhana, en vue d'inculquer à leurs enfants les idées takfiristes". Le démantèlement de cellules +Al Mouahidoun+ et +Attawhid+, par la Brigade nationale de la police judiciaire (BNPJ) a été annoncé dimanche dernier par les autorités marocaines. Huit personnes, tous des Marocains, ont été interpellées, selon une source de sécurité. En janvier, le ministère de l'Intérieur avait qualifié de "source d'inquiétude" la "prolifération" de réseaux extrémistes, en annonçant le démantèlement d'une cellule" travaillant à "l'enrôlement et l'embrigadement de jeunes Marocains" dans le but de les envoyer accomplir "le +jihad+ au sein d'organisations terroristes liées à Al-Qaïda". Quelques semaines auparavant, le Maroc avait déjà affirmé avoir démantelé plusieurs cellules de recrutement pour Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), dans le Rif (nord) ou encore la région de Fès (centre). (Belga)

Nos partenaires