Mario Monti chargé de plancher sur les ressources propres du budget européen

25/02/14 à 18:35 - Mise à jour à 18:35

Source: Le Vif

(Belga) Les présidents des trois institutions européennes ont installé mardi un groupe de travail chargé de plancher sur des pistes pour apporter des ressources propres au budget de l'UE, qui sera présidé par l'ancien chef du gouvernement italien et commissaire européen Mario Monti.

Mario Monti chargé de plancher sur les ressources propres du budget européen

La formation de ce groupe de haut niveau qui regroupera des membres de la Commission, du Conseil qui représente les Etats et du Parlement européen a pris du retard puisqu'elle était prévue fin 2013. Il s'agissait d'une condition imposée par le Parlement lorsqu'il a accepté de voter un budget pluriannuel 2014-2020 en baisse par rapport à celui de la période 2007-2013. "Nous avons demandé au Professeur Monti, au nom des trois institutions, d'être le président de ce groupe de travail, et il a accepté", a déclaré le président du Parlement, Martin Schulz, au cours d'une conférence de presse à Strasbourg. Mais "il ne sera pas facile de trouver des compromis" avec nombre d'Etats sur de nouvelles sources de financement, a-t-il mis en garde. M. Monti a dit sur le ton de la plaisanterie avoir accepté de présider ce groupe "pour plusieurs raisons", dont "l'une est une très grande curiosité pour un sujet pratiquement impossible à résoudre". Quant au président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, il a reconnu que le sujet était "politiquement sensible". Mais il a rappelé les pistes déjà évoquées par la Commission, comme la taxe sur les transactions financières, "des ressources basées sur une TVA plus moderne" mais aussi une simplification du système des ristournes dont bénéficient plusieurs Etats européens. Le groupe de travail devrait publier ses premières conclusions à la fin de l'année. Celles-ci seront prises en compte dans le cadre de l'examen du budget pluriannuel prévu en 2016 par une clause de révision, a rappelé pour sa part le Premier ministre grec Antonis Samaras, dont le pays assure la présidence de l'UE pour six mois. "L'enjeu est de taille: revenir à un financement du budget européen par des ressources alimentant le budget commun sans passer par les caisses nationales, de manière transparente, équitable et pérenne, le tout en réduisant la charge totale du contribuable", a résumé dans un communiqué le conservateur français Alain Lamassoure, président de la Commission des budgets au Parlement européen. (Belga)

Nos partenaires