Marchant (Rossel) et Moreau (Tecteo) s'affrontent sur l'indépendance de la presse

08/09/13 à 14:58 - Mise à jour à 14:58

Source: Le Vif

(Belga) Bernard Marchant et Stéphane Moreau, administrateurs-délégués des groupes Rossel et Tecteo, se sont affrontés au sujet de l'indépendance de la presse, dimanche sur le plateau de Controverse (RTL-TVI), alors que le second oeuvre à la constitution d'un important pôle médiatique francophone.

Marchant (Rossel) et Moreau (Tecteo) s'affrontent sur l'indépendance de la presse

Face aux questions que pose la prise de contrôle de plusieurs quotidiens par un groupe très politisé, M. Marchant a appelé à une régulation du secteur. "L'énergie est régulée, l'audiovisuel est régulé, mais la presse ne l'a jamais été, en tout cas ces cent dernières années. Il n'y a que des opérateurs privés dans la presse. La presse est censée jouer un rôle de contre-pouvoir dans une démocratie normale. En Belgique et dans tous les pays européens, aucun organe de presse n'appartient à un pouvoir public. C'est une exception, ce dont nous parlons (le pôle médiatique de Tecteo, ndlr)", a-t-il dit. Une régulation pourrait se faire par le conseil de la concurrence ou par les instances politiques, a-t-il ajouté. Stéphane Moreau - par ailleurs bourgmestre PS d'Ans - a réagi en "cassant les pattes à un canard": "Tecteo, c'est trois PS, 2 MR, 2 cdH. La prédominance du PS, je ne sais pas où elle existe", a-t-il dit. Il a déploré par ailleurs que "toutes les rédactions du groupe concurrent Rossel" se soient inquiétées pour l'indépendance de la presse, alors que "tout le groupe concerné par l'opération se félicite plutôt de voir sa pérennité financière assurée". Et de renvoyer la balle dans le camp de Rossel, qui avait déposé une offre concurrente pour le rachat de L'Avenir: "je ne sais pas si la garantie d'indépendance serait plus forte si trois quarts de la presse francophone étaient aux mains d'une seule famille", a-t-il lâché. M. Marchant a rétorqué en vantant le "track record" de son groupe en matière d'indépendance. "C'est notre seul métier", a-t-il dit. "Nos rédactions sont indépendantes parce que nous n'avons aucun mandat politique". (Belga)

Nos partenaires