Mali: Après les violences de Kidal, Bamako réclame un mandat plus robuste pour la Minusma

21/05/14 à 04:48 - Mise à jour à 04:48

Source: Le Vif

(Belga) Le ministre des Affaires étrangères malien Abdoulaye Diop a demandé mardi au Conseil de sécurité un renforcement du mandat de la Minusma, la mission de l'ONU au Mali, et le désarmement de la rébellion touareg, après les violences à Kidal (nord-est).

Mali: Après les violences de Kidal, Bamako réclame un mandat plus robuste pour la Minusma

Evoquant le renouvellement du mandat de la Minusma, M. Diop a réclamé "un mandat beaucoup plus robuste, sous le chapitre VII de la Charte des Nations Unies (prévoyant l'usage de la force), à même de faire face aux menaces sur le terrain, et le désarmement de tous les groupes armés, singulièrement le MNLA" (Mouvement national de libération de l'Azawad). Certes, a-t-il déclaré, le gouvernement malien tiendra ses engagements de mener "un dialogue sincère devant déboucher sur un accord de paix global et définitif" avec la rébellion touareg. Mais il a tenu à souligner que "la collusion entre des partenaires du processus de paix et des terroristes est clairement établie et doit être condamnée par votre Conseil". Il a aussi estimé que la délégation du gouvernement malien attaquée à Kidal "n'a pas bénéficié du soutien et de la protection qu'elle est en droit d'attendre en cette circonstance". L'armée malienne, a-t-il expliqué, "a dû faire face avec les moyens du bord à des hordes de narcoterroristes lourdement armés". "L'agression survenue à Kidal ne peut demeurer impunie", a poursuivi M. Diop, demandant "qu'une Commission internationale soit constituée pour vérifier les faits afin que les responsables soient traduits devant les juridictions nationales et internationales". (Belga)

Nos partenaires