Mali: 2.000 soldats ouest-africains d'ici 10 jours, premier contingent jeudi

16/01/13 à 21:20 - Mise à jour à 21:20

Source: Le Vif

(Belga) Quelque 2.000 soldats de la force d'intervention ouest-africaine au Mali sont attendus d'ici le 26 janvier à Bamako, avec l'arrivée jeudi d'un premier contingent nigérian, a-t-on appris mercredi auprès d'un officier malien et selon un document officiel.

Les chefs d'état-major de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) se sont réunis mardi et mercredi dans la capitale malienne pour étudier l'engagement militaire pour "libérer" le nord du Mali, occupé depuis plus de neuf mois par des groupes islamistes armés. "L'urgence requiert que tout s'accélère pour que deux mille hommes du contingent de la Misma (Force internationale de soutien au Mali) gagnent Bamako avant le 26 janvier", selon un document des participants à la rencontre. Ce chiffre a été confirmé par un officier de l'armée malienne. "Nous sommes convenus pour un début de mobiliser 2.000 hommes. Les choses vont aller vite, puisque dès demain (jeudi), l'armée nigériane enverra son premier contingent", a déclaré le commandant Abdoulaye Diakité. L'arrivée des premiers éléments nigérians était initialement prévue pour mercredi, avait affirmé mardi le porte-parole des armées du Nigeria. "Les troupes des autres pays suivront rapidement. Toutes les phases pour aller libérer le nord du Mali ont été arrêtées, mais c'est évident qu'on ne peut en dire plus". La Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) doit former une force d'intervention, conformément à une résolution de l'ONU. La Misma sera dirigée par un général nigérian, Shehu Abdulkadir. Le Nigeria doit fournir 900 hommes. Le Niger, le Burkina Faso, le Togo et le Sénégal ont également annoncé l'envoi chacun d'environ 500 hommes, le Bénin 300, la Guinée et le Ghana plus de 100 chacun. Le Tchad, qui ne fait pas partie de la Cédéao, a aussi promis un contingent d'un volume indéterminé. (JAV)

Nos partenaires