Maladies chroniques: "les droits des assurés n'ont pas été modifiés"

07/03/14 à 15:51 - Mise à jour à 15:51

Source: Le Vif

(Belga) L'Institut National d'Assurance Maladie Invalidité (INAMI) apportera lundi les précisions nécessaires afin d'éviter que des patients ne subissent les effets de certaines modifications des modalités de financement des hôpitaux, a-t-il fait savoir vendredi dans un communiqué.

Un nouveau système de financement a été instauré dans les hôpitaux pour certains traitements de jours. Les montants forfaitaires ont été intégrés dans le budget qui contient les moyens financiers des hôpitaux. La mesure a permis de mettre fin à des différences entre hôpitaux et d'économiser 10 millions d'euros. Il n'était nullement question de viser le patient. L'INAMI a toutefois constaté qu'à la suite de cette mesure, les assurance hospitalisation ne sont plus intervenues, estimant que le statut des soins visés avait changé et ne pouvaient plus être liés à une hospitalisation de jour. "Dès que nous avons été informés de la situation, tout a été mis en oeuvre pour remédier au problème", a souligné l'INAMI qui évoque une "confusion". "Les droits des assurés dans le cadre de l'assurance obligatoire n'ont en rien été modifiés", a-t-il ajouté. Lundi, la Commission de la convention entre hôpitaux et organismes assureurs apportera les précisions qui s'imposent, avec effet effet rétroactif au 1er janvier. Les informations nécessaires seront transmises aux hôpitaux, mutualités, assureurs privés ainsi qu'aux organisations de patients. La presse flamande a fait état vendredi du problème, en pointant du doigt ses conséquences pour les malades chroniques. La ministre de la Santé, Laurette Onkelinx, a d'ores et déjà réagi en dénonçant des "mensonges" diffusés dans les médias. Rien ne changera pour les malades chroniques, a-t-elle assuré. Interrogé dans "De Standaard" et "Het Nieuwsblad", le président de l'Association belge des syndicats médicaux (Absym), Marc Moens, s'en est pris aux mutualités qui offrent la grande majorité des assurances hospitalisation complémentaires. Elles se sont concertées avec les hôpitaux sur ces nouvelles règle et, a-t-il accusé, soit elles n'ont rien vu, soit elles ont fait semblant de rien pour empocher des millions d'euros. Les Mutalités socialistes ont mis ces propos sur le compte d'une nervosité pré-électorale. "Les déclarations du Dr Marc Moens sont une tempête dans un verre d'eau. Il y a des élections médicales en juin. Marc Moens craint pour la représentativité de son syndicat au sein de la médico-mut, d'autant qu'un nouveau syndicat concurrent de l'Absym se présente aux élections (MoDeS, qui entend fédérer les médecins spécialistes au sein du Cartel, rival de l'Absym). Il fait feu de tout bois pour faire parler de lui", a déclaré le président, Michel Jadot. (Belga)

Nos partenaires