Quand le viseur fait boum

14/03/18 à 21:00 - Mise à jour à 13:21
Du Le Vif/L'Express du 15/03/18

Travaillée par l'idée de pratiques photographiques en mutation, la Biennale de l'image possible offre un instantané des nouvelles émergences visuelles. Une déflagration en huit expositions liégeoises.

Trump, Syrie, réchauffement climatique... Difficile d'échapper au désespoir. Mais tout le monde ne voit pas les choses de cette façon. Directrice artistique de l'édition 2018 de la Biennale de l'image possible (BIP), Anne-Françoise Lesuisse livre sa version des faits en même temps que la note d'intention de cet événement, qui en est à sa 11e édition : " Certains artistes aujourd'hui revendiquent la catastrophe comme un terreau euphorique et débordant. Ils détruisent et construisent dans le même mouvement. Sans naïveté mais ancrés dans le présent, ils échafaudent des images qui parlent de demain, qui s'y jettent à corps perdu sans savoir de quoi il sera fait. Dans la profusion souvent, animées d'un esprit d'expérimentation ludique et généreuse, nouées à la mélancolie contemporaine sans en être victimes, ces images ne dénoncent pas, ne résistent plus, ne font plus de procès. Elles témoignent plutôt d'un instant vivant, d'un état de vibration, d'un présent intense qui ouvre tant sur le doute que sur le potentiel de l'avenir. "
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires