Maîtres au carré

29/11/17 à 21:00 - Mise à jour à 11:54
Du Le Vif/L'Express du 01/12/17

Entre Cologne et Wuppertal, 30 petites minutes de train permettent d'enjamber l'histoire de l'art, du Tintoret à Manet. Au bout du voyage, la redécouverte de deux précurseurs géniaux.

C'est à Cologne, à l'ombre de l'imposante cathédrale, que débute ce périple pictural. Le musée Wallraf-Richartz consacre une importante exposition aux oeuvres de jeunesse du peintre Jacopo Robusti, alias Le Tintoret (1518 - 1594). A Star Was Born, selon son titre, est à comprendre comme une sorte de coup de semonce adressé à une année 2018 dont l'actualité ne va pas manquer (avec en particulier une grande rétrospective à la National Gallery de Washington) de rendre hommage au " petit teinturier ", en raison de l'anniversaire des 500 ans de sa naissance. 500 ans, vraiment ? A vrai dire, personne ne le sait exactement. De condition sociale modeste, Le Tintoret naît à Venise à une époque où il existe un hiatus juridique et matériel conséquent entre les patriciens et la classe des " popolani ", des citoyens ordinaires qui représentent 80 % de la population. Né d'un père tisserand et teinturier, une extraction assurément basse, Jacopo Robusti n'avait par conséquent aucune raison de voir sa date de naissance enregistrée à l'état civil... 1518 est donc seulement l'année de naissance présumée du Tintoret. La date est pourtant à retenir dans l'histoire de la peinture, car elle marque l'avènement de celui que l'on a désigné comme le plus " américain " des peintres vénitiens, son travail étant traversé de mises en scène spectaculaires. Un élément à mettre en lien avec une inextinguible envie de gravir les échelons d'une société figée.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires