Lost in translation

13/09/17 à 21:00 - Mise à jour à 17:28
Du Le Vif/L'Express du 15/09/17

Une personnalité dévoile ses oeuvres d'art préférées. Celles qui, à ses yeux, n'ont pas de prix. Pourtant, elles en ont un. Elles révèlent aussi des pans inédits de son parcours, de son caractère et de son intimité. Cette semaine : l'économiste Bruno Colmant.

Une banque privée, c'est une sonnette discrète, des poignées dorées sur des portes anciennes qui s'ouvrent sans se laisser toucher, un hall d'accueil recouvert de marbre blanc, un escalier de réception à droite, un grand tableau de maître flamand à gauche et deux hôtesses aussi blondes que souriantes au centre. Piloté dans un dédale de petits couloirs sans charme, vous atteignez le salon portant le nom de Déméter, la déesse grecque de l'agriculture et des moissons, qui engendra Perséphone (celle qui passait l'hiver en enfer et le reste de l'année au soleil) et Ploutos, dieu de la richesse. Tout un symbole pour Degroof Petercam, cette banque VIP spécialisée dans la gestion de patrimoine. A l'intérieur et sans grande surprise : une climatisation discrète compense des fenêtres fixes, des bouteilles d'eau sont posées sur un plateau d'argent et de la publicité bancaire est étalée sur les étagères. Au mur, deux photos de vagues agrandissent l'espace en faisant " art " et, pour la touche " glamour ", un Zoute People est posé entre les prospectus des produits financiers et les résultats de l'année.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires