Les coulisses de l'affaire Loach

02/05/18 à 21:00 - Mise à jour à 16:19
Du Le Vif/L'Express du 03/05/18

L'ULB a décerné à Ken Loach les insignes de docteur honoris causa, le 26 avril. Mais la polémique a fracturé l'université. Où les tractations ont duré des semaines. Récit.

Ken Loach ? Ce n'est pas le premier choix de l'ULB, en décembre dernier. L'université a d'abord pris contact avec Pedro Almodovar, en plein tournage à la date prévue pour la remise des insignes de docteur honoris causa (DHC). Le réalisateur espagnol a décliné. L'idée de récompenser le cinéaste britannique, bientôt 82 ans, parrainé par Muriel Andrin, qui enseigne l'écriture et l'analyse du cinéma à la Faculté de lettres de l'ULB, ne soulève alors pas le moindre problème en interne. Guy Haarscher, professeur émérite de philosophie, le confirme : " Je savais Ken Loach très propalestinien, ce qui est tout à fait son droit, mais j'accordais avant tout de l'importance à Siegi Hirsch ( NDLR : rescapé de la Shoah, pionnier de la thérapie familiale), que l'université honorait en même temps. Et puis, il y a eu l'intervention de Jacques Brotchi, qualifiant le réalisateur de quasi antisémite. J'ai commencé à étudier la chose. "
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires