La mort est un maître

18/04/18 à 21:00 - Mise à jour à 15:46
Du Le Vif/L'Express du 19/04/18

Lohengrin, le plus politique des opéras de Wagner, est aussi une tragédie sombre, qu'Olivier Py met en scène à La Monnaie avec une rare élégance.

Parce qu'Hitler a rédigé Mein Kampf sur du papier à en-tête de la villa Wagner, fourni par les héritiers du compositeur. Parce qu'il assistait au Lohengrin produit à Bayreuth en 1936. Parce que cet opéra sublime, magique et pessimiste, qui vénère l'héroïsme, l'amour et l'art purs, est truffé de mots devenus amers (Heil, Führer, deutsche Reich...), devenus presque imprononçables depuis le génocide que l'on sait. Pour toutes ces raisons, et pour d'autres encore, le metteur en scène français Olivier Py, qui monte à La Monnaie cette oeuvre très touchy, n'a pas cessé, ces derniers temps, de multiplie...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires