Génération tinder

08/11/17 à 21:00 - Mise à jour à 16:49
Du Le Vif/L'Express du 10/11/17

" Tinder, c'est un moyen de rencontrer des gens comme dans la vraie vie, mais en mieux. " C'est le slogan de l'application de rencontres la plus utilisée au monde, lancée il y a cinq ans : 50 millions de membres actifs, plus de 20 milliards de matchs (de concordances entre deux profils, donc, deux utilisateurs), 1,6 milliard de swipes (j'aime/j'aime pas) enregistrés par jour, dont 1,64 million rien qu'en Belgique... La plateforme a révolutionné la façon dont les jeunes, et les moins jeunes, se rencontrent. Elle propose des photos d'hommes ou de femmes géographiquement proches de l'utilisateur et lui demande de les liker (aimer) ou de les disliker. Et puis, plus si affinités. Le photographe français Maxime Matthys s'est glissé dans l'intimité des accros à Tinder, à Paris, qu'ils y chassent l'aventure, d'un soir (le plus souvent), voire davantage. Il en dresse le portrait, durant leur " shopping amoureux ". Pendant que défilent sur l'écran les profils, avant le match.

Grégoire -- 18 ans, étudiant en graphisme.

" J'ai téléchargé Tinder pour la première fois à 15 ans. A l'époque, c'était autorisé, maintenant, c'est 18 ans. Et c'était juste pour du sexe. Mes rencontres tournaient toujours autour de ça et, parfois, je ne me souvenais même pas du prénom du mec avec qui j'allais coucher. Des fois, quand tu débarques chez ton match, il est déjà à poil et ça commence direct, c'est très rapide. Il y a aussi énormément de sugar daddies sur Tinder, des vieux qu...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires