Garde du corps

29/11/17 à 21:00 - Mise à jour à 11:54
Du Le Vif/L'Express du 01/12/17

A l'heure des affaires Weinstein et autres #BalanceTonPorc, les nus de Modigliani proposent un tout autre regard masculin sur la féminité. Dix d'entre eux sont au centre d'une puissante rétrospective à la Tate Modern de Londres.

Once in a lifetime " - " une fois dans une vie " - prévient Nancy Ireson, commissaire et conservatrice des collections d'art international à la Tate Modern, à propos de la rétrospective Modigliani que programme l'institution londonienne depuis fin novembre. L'avertissement ne vaut pas seulement pour le public britannique. Riche d'une bonne centaine d'oeuvres, obtenues auprès d'une septantaine de prêteurs (un joli casse-tête ! ), l'exposition comble tout amateur digne de ce nom. Pour ce dernier, impossible de ne pas opérer la comparaison avec L'OEil intérieur, l'événement que le LaM de Villeneuve d'Ascq avait consacré en 2016 à cet artiste italien exilé à Paris (1884 - 1920). Les deux initiatives proposent ainsi de grandes différences. L'hommage français était probablement plus soucieux d'expliquer la genèse de l'oeuvre, n'hésitant pas à remonter les chemins de l'art khmer ou de la statuaire africaine. Après la visite, on ne regardait plus les portraits du maître de la même façon. Entre autres cette fameuse ligne continue reliant les sourcils à l'arête du nez qui ne laissait aucun doute quant à sa filiation exotique. Et la présence réduite de textes et de documents périphériques laisse la place à un parcours épuré, sous le signe de la contemplation. Les tableaux pleinement f...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires