Au nom des pères

16/05/18 à 21:00 - Mise à jour à 13:14
Du Le Vif/L'Express du 17/05/18

Une personnalité dévoile ses oeuvres d'art préférées. Celles qui, à ses yeux, n'ont pas de prix. Pourtant, elles en ont un. Elles révèlent aussi des pans inédits de son parcours, de son caractère et de son intimité. Cette semaine : l'acteur, humoriste, scénariste et producteur Fabrizio Rongione.

Fabrizio Rongione, un homme dont les paupières collent entre elles et dont la joue marbrée a gardé l'empreinte de l'oreiller. Non, il n'a pas fait la fête la veille. Non, il ne revient pas de tournage, encore moins d'un aller et retour à Cannes. Non. Rongione est juste un jeune papa, étincelant de bonheur, oui, mais qui ne rechigne pas à sauter dans son lit dès que l'occasion de voler quelques heures de sommeil se présente. Il faut dire aussi que, tôt ce matin, comme tous les vendredis, il servait le Café serré sur La Première, un billet radio qu'il coécrit avec Samuel Tilman, son binôme et ami de toujours, et dont l'écriture peut se terminer tard dans la nuit, la veille. Et c'est donc entre les tétines, les biberons, le mouche-bébé et les bavoirs que le comédien sert deux vrais cafés cette fois, avant de proposer de l'eau, du chocolat et de s'installer sur la terrasse du jardin. Un jardin rempli de fleurs, comme l'appartement l'est de plantes. Une ambiance qui évoque le Congo version fifties.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires