"Ma vision de l'état fédéral n'est pas compatible avec celle de la N-VA"

31/10/13 à 12:24 - Mise à jour à 12:24

Source: Le Vif

(Belga) Le ministre-président germanophone, Karl-Heinz Lambertz, a réagi jeudi aux propositions institutionnelles présentées mercredi par le parti nationaliste flamand N-VA, affirmant que sa vision de l'Etat fédéral "n'est pas compatible avec celle développée par la N-VA".

"Ma vision de l'état fédéral n'est pas compatible avec celle de la N-VA"

Assurant ne pas partager pas la vision de la N-VA, M. Lambertz a toutefois souligné que ce document a le mérite d'exister. "Il clarifie enfin la position de la N-VA par rapport à cette nébuleuse entretenue durant plusieurs mois autour du confédéralisme. Aujourd'hui, on sait très clairement ce qui se cache derrière ce concept", a-t-il déclaré à l'agence BELGA. Pour le ministre-président germanophone, qui est un partisan d'un Etat fédéral à quatre entités égales en droit - y compris la sienne -, une conception basée sur deux entités, la Flandre et la Wallonie n'est dès lors pas acceptable. Cela aurait des conséquences pour la Communauté germanophone qui parviendrait à peine à maintenir son statut actuel. On pourrait même faire face à des régressions par rapport à la situation actuelle, a-t-il noté. M. Lambertz ne peut pas non plus accepter le démantèlement de l'Etat fédéral. "Avec ces propositions, le fédéral est vidé de son contenu pour en faire une coquille vide. Je m'oppose à la destruction de la responsabilité fédérale pour la sécurité sociale", a-t-il poursuivi. Si la N-VA a clarifié sa position par rapport au volet institutionnel et par rapport aux politiques à mener, la préoccupation du moment, est, pour M. Lambertz, la mise en oeuvre de la sixième réforme de l'Etat. (Belga)

Nos partenaires