Lutte contre le chômage - Inquiètes pour leur avenir, les Missions locales se font entendre au parlement

27/02/13 à 19:00 - Mise à jour à 19:00

Source: Le Vif

(Belga) Les Missions Locales pour l'Emploi de la capitale ont tiré mercredi la sonnette d'alarme au sujet de l'insuffisnace de garanties quant à leur avenir. Une bonne centaine de travailleurs de ce secteur ont accompagné leurs quatre représentants venu longuement s'entretenir avec les députés bruxellois de la commission Emploi du contenu de leur Livre Blanc.

L'inquiétude de ce secteur d'accompagnement des chômeurs les plus éloignés du marché du travail est relayée par la Fédération Bruxelloise des établissement d'Insertion Socio-professionnelle (FEBISP) et par les Agences locales pour l'Emploi. Elle s'inscrit dans un contexte de pression accrue sur les demandeurs d'emplois. Les neuf Missions Locales demandent un refinancement structurel, et des prévisions budgétaires, liés à une politique volontariste visant à offrir un accompagnement de qualité aux quelque 15.000 chômeurs éloignés de l'emploi qu'elles suivent chaque année. Les Missions locales veulent des moyens finaciers et 45 Equivalents Temps Plein supplémentaires. Le refinancement doit aussi prendre réellement en compte les besoins d'infrastructure, d'équipements, et de personnel en support permettant la mise en oeuvre de leur travail (nettoyage, comptabilité, etc.), disent-elles. Les Missions refusent toute participation à un mécanisme de contrôle-sanction des chômeurs. Enfin, alors que le dernier Arrêté d'exécution de l'Ordonnance Missions Locales doit sortir au mois de mars prochain et malgré les actions menées auprès du cabinet du ministre régional de l'Emploi, les Missions Locales craignent d'être réduites à poursuivre le "bricolage". (JDD)

Nos partenaires