Luc Coene contre les droits acquis sans contribution - Il se trompe de cible, selon le PS

26/11/13 à 19:02 - Mise à jour à 19:02

Source: Le Vif

(Belga) Le gouverneur de la Banque nationale de Belgique (BNB) "Luc Coene se trompe de combat quand il indique qu'il faut revoir les droits acquis, notamment en matière de pension", a réagi mardi le PS dans un communiqué. "En plus d'être des acquis, ce sont des conquis sociaux arrachés de longue lutte qui constituent la valeur ajoutée de notre modèle belge", a répondu le président Paul Magnette.

Pour Luc Coene, il est problématique que les travailleurs continuent à constituer des droits à la pension pendant les périodes où ils ne cotisent pas. Mais pour le président du PS, "notre système de pension constitue une protection contre les accidents de la vie". Le parti socialiste a rappelé mardi que si la Belgique a mieux résisté à la crise que les autres pays européens, c'est grâce précisément à notre modèle social. En revanche, "si nous devons faire face à une situation économique détériorée, c'est à cause des dérives du capitalisme débridé et de la folie des banques et non par la faute de nos concitoyens", a-t-il ajouté. Selon le PS, "plutôt que s'attaquer aux droits sociaux, il est primordial d'encadrer le secteur bancaire". Estimant que les propos de Luc Coene n'engagent que lui et non son institution, Paul Magnette est d'avis qu'"on pourrait s'attendre à plus d'impartialité de la part d'un haut commis de l'Etat". A moins "que monsieur Coene souhaite se présenter aux prochaines élections", s'interroge-t-il. De son côté, le sp.a a réagi en rappelant que bon nombre de demandeurs d'emploi ont travaillé et contribué, ce qui leur offre le droit à une protection sociale. Il en a va de même pour les allocataires partiels bénéficiant d'un crédit-temps. Le président du sp.a Bruno Tobback a en revanche dit rejoindre le gouverneur sur le fait qu'il fallait davantage d'activation et travailler plus longtemps. Sur la forme, il estime, lui, qu'il n'y a pas lieu de voir le gouverneur rappelé à l'ordre par le gouvernement. Simplement, a-t-il précisé, il convient "de ne pas accorder trop d'importance aux dires d'un gouverneur qui fait de la politique". (Belga)

Nos partenaires