Livre sur la monarchie - "Mon enquête et mes informations ne sont pas remises en question"

15/05/13 à 19:46 - Mise à jour à 19:46

Source: Le Vif

(Belga) "Ni mon enquête journalistique, ni mes informations, ne sont remises en question", a réagi mercredi le journaliste Frédéric Deborsu, auteur du livre "Question(s) Royale(s)", après la publication de l'avis définitif du Conseil de déontologie journalistique sur la plainte déposée par le Palais royal. "Pour moi, c'est le plus important", a-t-il insisté.

Livre sur la monarchie - "Mon enquête et mes informations ne sont pas remises en question"

Le CDJ relève mercredi, dans son avis, plusieurs manquements déontologiques dans le chef du journaliste lors de la rédaction de son livre. Ces manquements concernent des recours à des insinuations, des atteintes à la vie privée et la transgression d'un "off the record" par la publication de l'intégralité d'un entretien donné par le Roi en 1994. "Ce que je vois dans l'avis, c'est que le CDJ reconnaît que mon enquête a été fouillée, que les informations ont été recoupées, que j'ai travaillé comme je l'avais toujours fait notamment pour le magazine 'Questions à la Une'. Le CDJ dit bien qu'il n'y a pas de rumeurs dans mon livre", insiste M. Deborsu. Pour les manquements qui lui sont reprochés en matière d'insinuation et d'atteinte à la vie privée, le journaliste affirme avoir écrit les passages incriminés "de la façon la plus sobre possible". "J'ai longtemps réfléchi à la manière de rapporter ces informations pour justement ne pas porter atteinte à la vie privée des personnes citées. Mais j'estimais aussi que ces informations étaient intéressantes et que je devais en parler", ajoute Frédéric Deborsu. "Ce que je retire de l'avis du CDJ, c'est que soit je devais en dire plus, soit je ne devais rien dire. Moi, j'ai choisi la solution qui me semblait la plus correcte." Pour le non-respect du "off", l'auteur rappelle que d'autres personnes avaient déjà rendu publique une partie de l'entretien. Le livre "Question(s) Royale(s) avait suscité la polémique dès sa sortie en octobre 2012. Après sa publication, Frédéric Deborsu avait été mis à l'écart de l'antenne de la RTBF pendant un mois et envoyé au service de documentation. Il avait ensuite pris une pause-carrière de trois mois avant de réintégrer en mars l'émission ertébéenne "On n'est pas des pigeons". (Belga)

Nos partenaires