Libération conditionnelle - La Ligue des droits de l'homme et les barreaux francophones demandent le rejet du texte

31/01/13 à 14:20 - Mise à jour à 14:20

Source: Le Vif

(Belga) Les barreaux francophones ainsi que plusieurs associations ont demandé jeudi aux députés fédéraux de ne pas voter les projets de loi qui durcissent les conditions de libération conditionnelle. Dans une lettre ouverte adressée à la Chambre, ils ont dénoncé un texte "de circonstance" qui ramènera en arrière le système pénal belge.

Libération conditionnelle - La Ligue des droits de l'homme et les barreaux francophones demandent le rejet du texte

"Il s'agit de textes 'de circonstance', visant à s'assurer de ce que Marc Dutroux ne puisse jamais bénéficier d'une libération conditionnelle. Et au passage, on n'hésite pas à faire subir, d'une manière démesurée et par défiance à l'égard du Tribunal d'application des peines, une véritable régression à notre système pénal. Tout ceci pour un seul condamné ultra-médiatisé ...", ont fustigé l'Ordre des barreaux francophone et germanophone (Avocats.be), l'Association syndicale des magistrats, la Ligue des droits de l'homme, l'Observatoire international des prisons et le président de la Commission de surveillance de la prison de Forest. La Chambre examinera les projets ce jeudi en séance plénière. Les signataires demandent qu'ils soient renvoyés en Commission afin qu'ait lieu un débat "à la hauteur d'une matière aussi importante". Selon eux, aucune analyse criminologique ou scientifique, ni même un bilan négatif de la législation actuelle n'appuient des textes dont la mise en oeuvre se révélera catastrophique pour des milliers de condamnés. Ils craignent que le nouveau dispositif ne débouche sur moins de prévention et de reclassement, et plus de récidive et d'insécurité pour les citoyens. "Les lois adoptées dans la précipitation et sous le coup de l'émotion produisent généralement des effets pires encore que la situation à laquelle elles entendaient pallier. Les deux projets affectent très sérieusement le régime de la libération conditionnelle qui constitue pourtant une pierre angulaire de tout système pénal moderne", ont averti les signataires de la lettre. (MICHEL KRAKOWSKI)

Nos partenaires