Les Tibétains appelés à ne pas célébrer le nouvel an en février

25/01/13 à 09:02 - Mise à jour à 09:02

Source: Le Vif

(Belga) Le Premier ministre tibétain en exil a appelé vendredi à s'abstenir de célébrer le nouvel an tibétain, le 11 février, en signe de respect pour tous ceux qui se sont immolés par le feu ces trois dernières années.

Les Tibétains appelés à ne pas célébrer le nouvel an en février

Depuis février 2009, 99 Tibétains, dont de nombreux moines et nonnes, se sont immolés et 83 sont décédés des suites de leurs brûlures, selon les derniers chiffres du gouvernement tibétain en exil à Dharamsala, dans le nord de l'Inde. "Etant donné la persistance de cette situation tragique, je demande à mes compatriotes tibétains de ne pas célébrer 'Losar' (le nouvel an tibétain) et ses festivités traditionnelles", a déclaré dans un communiqué Lobsang Sangay. "Je vous demande seulement de pratiquer les rituels religieux habituels, comme la visite de temples et le rituel des offrandes", a-t-il ajouté, exhortant également les Tibétains à revêtir leurs tenues traditionnelles "pour afficher notre identité et notre tradition". La fréquence des immolations s'était accrue à l'automne dernier, avant la tenue du Congrès du parti communiste chinois, qui avait nommé Xi Jinping chef du PCC, un changement à la tête du pays qui n'a lieu que tous les 10 ans. Mardi, un Tibétain de 26 ans est décédé après s'être immolé par le feu. Il s'agit du troisième en dix jours à protester de cette manière contre la domination de Pékin sur la région autonome chinoise du Tibet, a rapporté le groupe de défense des droits de l'Homme Free Tibet, basé à Londres. De nombreux Tibétains ne supportent plus ce qu'ils considèrent comme une domination grandissante des Han, l'ethnie ultra-majoritaire en Chine, dans la région du Tibet et la répression de leur religion et de leur culture. Pékin réfute ces allégations, estimant que les Tibétains bénéficient d'une liberté de culte. Le gouvernement met l'accent sur les importants investissements consacrés à la modernisation du Tibet, et à une meilleure qualité de vie pour ses habitants. (STRDEL)

Nos partenaires