")})}else k(t)?t.top.open(e,n):t.location.assign(e)}function F(t){t.style.setProperty("display","inherit","important")}function B(t){return t.height<1}function Q(t){return 0==t.offsetHeight}function H(t,e){var n="";for(i=0;i=2)){var o=n.getBoundingClientRect();if("undefined"==typeof n.width)var r=n.offsetHeight,d=n.offsetWidth;else var r=n.height,d=n.width;if(0!=r&&0!=d){var u=o.left+d/2,c=o.top+r/2,p=e.documentElement,f=0,l=0;if(t.innerWidth&&t.innerHeight?(f=t.innerHeight,l=t.innerWidth):!p||isNaN(p.clientHeight)||isNaN(p.clientWidth)||(f=e.clientHeight,l=e.clientWidth),0<=c&&c<=f&&0<=u&&u<=l){if(t.uabAv[i]++,t.uabAv[i]>=2){var s=function(){};J(a,s,s),t.clearTimeout(t.uabAvt[i])}}else t.uabAv[i]=0}}}t.UABPdd=S;var q=V("head"),K=null;navigator.userAgent.search("Firefox")==-1&&(e.addEventListener?e.addEventListener("DOMContentLoaded",Z,!1):e.attachEvent&&e.attachEvent("onreadystatechange",function(){"complete"===e.readyState&&Z()})),t.addEventListener?t.addEventListener("load",Z,!1):t.attachEvent&&t.attachEvent("onload",Z),t.addEventListener?t.addEventListener("addefend.init",Z,!1):t.attachEvent&&t.attachEvent("addefend.init",Z)}(window,document,Math); /* 8b8d3f43ce757a6128ceba6c64535a54 */

Les recteurs francophones réclament 20 millions d'euros par an au futur gouvernement

03/06/14 à 15:50 - Mise à jour à 15:50

Source: Le Vif

(Belga) Les recteurs des six universités francophones du pays ont réclamé avec force mardi à la future majorité en Fédération Wallonie-Bruxelles un refinancement d'"au moins 3%" par an durant cinq ans de leurs dotations, soumises depuis près de deux décennies au régime de l'enveloppe fermée.

"Il y a une absolue nécessité de refinancement de l'enseignement supérieur universitaire et nous voulons le faire savoir à nos futurs pouvoirs publics", a martelé mardi Bernard Rentier, recteur de l'ULg et président du Conseil des recteurs des universités francophones de Belgique (Cref), à l'occasion d'une conférence de presse. Cette augmentation annuelle de 3% du budget des universités francophones représenterait une somme de 20 millions d'euros et servirait à compenser la chute de l'ordre de 15% sur 15 ans des subsides par étudiant alloués aux universités alors que le nombre d'étudiants a augmenté de 37% sur la même période. "C'est le minimum nécessaire pour nous permettre de continuer à assumer les missions qui nous sont confiées en termes d'enseignement, de recherche et de services à la communauté. Dire que c'est impossible ne me paraît pas raisonnable", selon Bernard Rentier pour qui il est temps à présent pour les politiques de concrétiser leurs promesses électorales. (Belga)

Nos partenaires