Les ondes du dossier 4G sont négatives pour le gouvernement bruxellois

21/02/13 à 20:41 - Mise à jour à 20:41

Source: Le Vif

(Belga) Le gouvernement bruxellois s'est réuni jeudi plus longuement que d'habitude parce qu'il avait à se prononcer sur le contrat de gestion de la STIB approuvé en première lecture après plusieurs mois de discussions, mais aussi parce que le dossier du réseau 4G et du dispositif que la ministre de l'Environnement Evelyne Huytebroeck souhaite soumettre à ses collègues est actuellement loin de faire consensus.

Particulièrement irrité par le jeu selon lui trop en solo de la ministre Ecolo, le nouveau secrétaire d'Etat socialiste Rachid Madrane a été rejoint par ses collègues Benoît Cerexhe, Brigitte Grouwels et Guy Vanhengel pour faire part de leurs propres réticences et questions par rapport à l'approche du dossier, a-t-on appris à diverses sources gouvernementales. Le nouveau secrétaire d'Etat PS semble particulièrement en vouloir à sa collègue écologiste d'avoir évoqué par presse interposée une concertation avec lui qui n'a jusqu'ici pas eu lieu au sujet des permis à délivrer pour els antennes. Il craint que la ministre Ecolo ne lui fasse porter le chapeau politique de l'implantation des antennes au moment de la délivrance des permis dont risquent de ne pas vouloir de nombreux comités de quartiers. Mais il n'y a pas que sur ce point que le dossier semble loin d'être réglé. L'Open Vld qui s'était abstenu sur le vote de l'ordonnance à la base de la norme de 3 volts par mètre contestée par les opérateurs n'est pas très chaud à l'idée de voir ce dossier réglé au gouvernement. Pour lui, l'ordonnance a été adoptée par une majorité alternative. C'est donc au parlement que ce dossier doit se régler. Mais d'autres, comme le ministre cdH Benoît Cerexhe estiment qu'à un peu plus d'un an des élections régionales, l'ensemble des composantes de la majorité doivent se mouiller. Au final d'un échange de trois quarts d'heure, il a été demandé à la ministre Huytebroeck de revenir avec une note techniquement étayée sur ce dossier devenu très sensible. (JDD)

Nos partenaires