Les mauvaises ondes du chrono? L'IBPT s'attaque à Chronorace

12/02/14 à 07:18 - Mise à jour à 07:18

Source: Le Vif

(Belga) L'Institut belge des services postaux et des télécommunications (IBPT) exige de Chronorace, une société spécialisée dans le chronométrage sportif, de changer une partie de son matériel pour cause d'interférences supposées, rapporte mercredi L'Avenir.

Les mauvaises ondes du chrono? L'IBPT s'attaque à Chronorace

Les activités de Chronorace se concentre sur la course à pied, notamment les 20 km de Bruxelles, des triathlons, des manches de cyclisme et cyclo-cross. En 2013, l'entreprise a chronométré 500.000 sportifs sur 350 événements. Le 11 janvier dernier, alors qu'elle était chargée du chronométrage du championnat de Belgique de cyclo-cross à Waregem, Chronorace a reçu la visite d'inspecteurs de l'IBPT. Ces derniers ont contesté les fréquences utilisées pour le système de chronométrage. "On a demandé à un laboratoire d'envoyer les certifications. Et nous sommes conformes aux législations européennes", réagit Christian Lemasson, patron de la société. Il pointe du doigt les laboratoires "qui n'informent pas les clients et qui fournissent des certificats qui n'ont pas de valeur". "On ne comprend pas, cela n'a jamais dérangé personne. Cela fait 10 ans que ce matériel est utilisé en Belgique et en Europe. Il y a des courses à d'autres échelles que les nôtres qui font appel à ce même type de matériel", ajoute le patron, qui va probablement devoir remplacer son matériel. "C'est un demi-million d'euros de perdus." L'IBPT, qui a constaté des irrégularités dans l'utilisation des fréquences, a de son côté transmis le dossier au parquet. (Belga)

Nos partenaires