Les journaux veulent lutter contre la réutilisation d'articles sans accord sur le web

12/02/14 à 11:28 - Mise à jour à 11:28

Source: Le Vif

(Belga) Les associations d'éditeurs belges de journaux et de magazines réclament des instruments plus efficaces pour "lutter contre la réutilisation d'articles numériques sans licence. Elles soulignent que l'exploitation d'articles sans autorisation engendre une perte de revenus "à un moment où les éditeurs doivent faire face à une chute de leur chiffre d'affaires et à des investissements permanents dans la numérisation de leurs services."

Sur base d'une étude qu'ils ont menée en commun, les Journaux Francophones Belges, The Ppress et Vlaamse Nieuwsmedia considèrent que 6% des articles parus dans les journaux papier belges et 27% de ceux parus sur les sites internet des éditeurs font l'objet de réutilisations sans autorisation sur des sites. Le manque à gagner s'élèverait jusqu'à 34 millions d'euros sur une base annuelle, sans compter la perte de lecteurs et donc de revenus publicitaires. Si la copie sans autorisation d'articles diminue, les éditeurs constatent en revanche une recrudescence de la réécriture d'articles sans apport créatif, une pratique qualifiée de "parasitisme". Les associations estiment que la perte de revenus publicitaires en raison de la "piraterie" se situe entre 1 et 10 millions d'euros par an. Pour le "parasitisme", la perte se situerait entre 0,2 et 2 millions d'euros. Les éditeurs belges pointent du doigt "des acteurs technologiques internationaux tels que Google et Facebook", qui "retiennent une part considérable des revenus publicitaires belges". Les utilisations sans autorisation d'articles mettent également en péril la mise en place d'un modèle numérique payant durable, ajoutent les associations. Les éditeurs belges de journaux et de magazines réclament la reconnaissance, comme l'a déjà obtenue le secteur audiovisuel, d'un droit voisin au droit d'auteur et une présomption de cession qui leur permettrait de négocier globalement les droits cédés par les auteurs à leurs éditeurs. Ils souhaitent aussi que l'ensemble des litiges relatifs aux droits intellectuels, dont le droit d'auteur, soient traités par le tribunal de commerce. (Belga)

Nos partenaires