Les infrastructures scolaires s'adaptent peu à peu aux PMR dans une démarche d'intégration

06/09/13 à 11:21 - Mise à jour à 11:21

Source: Le Vif

(Belga) Il faut pouvoir accueillir les enfants différents et les intégrer dans la société dès le plus jeune âge. Tel était le mot d'ordre de la ministre de l'Enseignement obligatoire et de Promotion sociale de la Fédération Wallonie-Bruxelles Marie-Martine Schyns (CDH) vendredi lors de sa visite de l'Athénée royal Andrée Thomas de Forest, un établissement qui a bénéficié durant l'été d'une adaptation de ses infrastructures aux personnes à mobilité réduite (PMR).

Les infrastructures scolaires s'adaptent peu à peu aux PMR dans une démarche d'intégration

A l'issue de travaux dont le budget s'élève à 93.000 euros, l'établissement scolaire, qui accueille près de 700 élèves, est maintenant accessible dans sa totalité aux personnes mineures et adultes (et donc les enseignants) souffrant de troubles ou de handicaps moteurs des membres inférieurs et se déplaçant en fauteuil roulant. L'Administration générale de l'Infrastructure de la Fédération Wallonie-Bruxelles a pris en charge 70% du coût des travaux, soit 68.000 euros, et l'asbl Cap 48 est intervenu pour les 30% restants. Le projet de l'Athénée royal Andrée Thomas a été sélectionné dans le cadre d'un appel à projets relatif à l'accessiblité des établissements d'enseignement aux PMR lancé il y a trois ans. "Cap 48 a choisi ce projet et a proposé d'y investir. L'école a eu une démarche pro-active et a voulu développer l'intégration dans notre société. La Fédération Wallonie-Bruxelles l'a suivie dans cette direction", explique Marie-Martine Schyns, se félicitant de la démarche de l'athénée forestois. L'établissement ne compte pas encore d'élèves à mobilité réduite dans ses rangs. "Les travaux sont récents", précise le préfet des études Marc Evrard. "Nous espérons en tous les cas que cela changera un peu le profil des élèves fréquentant notre athénée et que cela fera également évoluer les mentalités, qui plus est dans une école à discrimination positive comme la nôtre", conclut-il. (Belga)

Nos partenaires