Les Français boivent de moins en moins de vin et carburent au soda

28/11/12 à 18:27 - Mise à jour à 18:27

Source: Le Vif

(Belga) La consommation de vin des Français a encore baissé au cours de ces cinq dernières années, seuls 17% d'entre eux en consommant encore régulièrement, selon la dernière étude du ministère de l'Agriculture.

Les Français boivent de moins en moins de vin et carburent au soda

Parallèlement, le nombre de consommateurs buvant une à deux fois par semaine ou plus rarement est passé à 45%, contre 41% en 2005, selon une étude effectuée en 2010 par FranceAgriMer, un établissement dépendant du ministère de l'Agriculture. Le nombre de personnes déclarant ne rien boire est resté stable à 38%. En moyenne, le Français buvait 57 litres par an en 2010, contre 160 en 1965. "Il y a certes une diminution de la consommation quotidienne mais elle se reporte sur une consommation occasionnelle tournée vers des vins de qualité", estime Bénédicte Trocard, viticultrice dans la région de Bordeaux. Il y a notamment "une réelle modification des habitudes de consommation: les sodas et jus de fruits ont volontiers remplacé le vin sur les tables françaises", explique Caroline Plot, chargée d'analyse pour FranceAgriMer. En 1980, les boissons sans alcool, sans compter l'eau, n'étaient présentes que pour 5% des repas, tandis qu'il y avait du vin à table une fois sur deux. Proportionnellement, cette érosion du nombre de consommateurs réguliers touche plus les hommes. Dans les années '80, 69% d'entre eux se déclaraient consommateurs réguliers et ils ne sont désormais plus que 26%. Côté femmes, cette donnée est passée de 37% dans les années '80 à 11% en 2010. Un découpage par tranche d'âge met par ailleurs en évidence une évolution "générationnelle": d'année en année, l'âge des consommateurs réguliers avance. La moitié d'entre eux (48%) a 65 ans et plus, alors qu'au début des années 1980, les plus de 35 ans constituaient l'essentiel des consommateurs réguliers. Pour 2015, le nombre de consommateurs réguliers de vins en France aura du mal à atteindre les 13%. (NICOLAS LAMBERT)

Nos partenaires