Les entreprises de plus de 100 personnes ne pourront bientôt plus ignorer Actiris

13/12/12 à 18:26 - Mise à jour à 18:26

Source: Le Vif

(Belga) Les entreprises bruxelloises de plus de 100 personnes devront, dans un avenir proche, transmettre systématiquement toutes leurs offres d'emploi, à Actiris, le bras articulé de la Région bruxelloise en matière de placement des demandeurs d'emplois. Ainsi en a décidé le gouvernement bruxellois réuni jeudi, a annoncé le ministre bruxellois de l'Emploi, Benoît Cerexhe (cdH)

Le texte sur lequel les ministres de l'équipe Picqué se sont mis d'accord est un avant-projet d'ordonnance qui devra obtenir le feu vert du parlement bruxellois. Il vise à ouvrir plus largement le marché de l'emploi aux Bruxellois et rendre plus transparent le processus de recrutement. Le système de transmission obligatoire des offres d'emploi à Actiris s'imposera à terme à toute entreprise de plus de 100 personnes, publique ou privée, et à toute administration régionale ou fédérale. "Il ne s'agit d'une chance supplémentaire offerte aux chercheurs d'emploi bruxellois d'être informés des opportunités d'embauche existant à proximité de chez eux", a commenté le ministre Cerexhe, jeudi après-midi. Selon lui, on constate qu'une partie du marché privilégie les canaux de recrutement informels, basés sur les réseaux de l'entreprise ou de son personnel, ce qui explique en partie la sous-représentation des Bruxellois dans le marché de l'emploi bruxellois. La mesure permettra en outre à Actiris d'avoir une vision complète de l'ensemble du marché de l'emploi, et d'améliorer l'analyse des rigidités de ce marché pour y remédier. L'obligation d'informer n'impliquera aucune obligation de réserver l'offre à Actiris ou de recourir préférentiellement à ses services. Elle fera l'objet d'une évaluation portant notamment sur le pourcentage d'offres reçues, le nombre de mises à l'emploi supplémentaires, le taux de satisfaction. Il sera possible d'assortir l'obligation d'une sanction, qui prendrait la forme du refus d'interventions régionales en cas de non respect de l'obligation. (MUA)

Nos partenaires