Les élèves de 6e primaire invités à venir se familiariser aux métiers technologiques

20/02/14 à 14:44 - Mise à jour à 14:44

Source: Le Vif

(Belga) Quelque 500 élèves de 6e primaire des enseignements francophone et germanophone seront accueillis les 1er et 3 avril prochains par des femmes actives au sein d'entreprises technologiques en Wallonie et à Bruxelles. L'initiative développée par Agoria Wallonie et les ministères de l'Enseignement des deux Communautés doit aider les jeunes filles à se projeter dans des plans de carrière dans les secteurs techniques, scientifiques et technologiques.

Les élèves de 6e primaire invités à venir se familiariser aux métiers technologiques

"Trop peu de filles sont engagées et intéressées par la technologie", constate Thierry Castagne, directeur général Agoria Wallonie. A titre d'exemple, poursuit-il, sur le total d'élèves inscrits l'an dernier dans le secteur industrie des filières technologiques de l'enseignement qualifiant, 3% étaient des filles. Dans le supérieur, la proportion de jeunes filles est à peine plus élevée (15%) pour la formation d'ingénieur. Si "les stéréotypes ont la vie dure", le patron de la filiale wallonne d'Agoria pense les combattre en confrontant les plus jeunes aux métiers techniques. "Ils pourront se rendre compte que la pénibilité n'est plus aussi intense aujourd'hui pour les métiers techniques et que le secteur technologique peut aussi offrir des débouchés porteurs de sens." Deux entreprises à Bruxelles et sept en Wallonie participeront à la première édition "Technogirls" en Belgique francophone et germanophone. L'opération en est déjà à sa sixième année au nord du pays. "L'initiative doit aider à combattre deux discriminations", explique Marie-Martine Schyns, ministre de l'Enseignement obligatoire de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Outre celle du genre, au centre de Technogirls, il s'agit aussi de lutter contre celle dont sont victimes les professions techniques et manuelles en général, "souvent considérées comme des filières de relégations", selon la ministre qui espère que Technogirls comme d'autres opérations similaires menées en Fédération Wallonie-Bruxelles contribueront à un "rééquilibrage des filières". (Belga)

Nos partenaires