"Les cours de religion font l'objet d'une discrimination"

03/04/14 à 20:49 - Mise à jour à 20:49

Source: Le Vif

(Belga) L'évêque de Tournai, Monseigneur Guy Harpigny, a publié jeudi une lettre à l'intention des enseignants du cours de religion catholique de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Il y pointe notamment l'absence des cours de religion dans le décret "Titres et fonctions", qui a fait l'objet d'un accord pour les autres disciplines. "Si les choses avancent pour l'ensemble des disciplines, y compris pour le cours de morale, les cours de religion quant à eux font l'objet d'une discrimination", estime Mgr. Harpigny.

"Les cours de religion font l'objet d'une discrimination"

Dans sa lettre ouverte, Mgr. Harpigny s'interroge sur l'absence des cours de religion au sein du nouveau décret. "Un groupe technique regroupant des représentants des cultes, des syndicats, des pouvoirs organisateurs et de l'administration s'est mis d'accord et a soumis, en même temps que les autres disciplines, un projet au monde politique pour qu'il soit traduit dans un texte décrétal. La proposition de décret concernant les titres et fonctions des cours de religion n'a pas passé le cap du gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles." Le texte "Titres et fonctions", approuvé le 1er avril en commission de l'Éducation du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, vise à simplifier et objectiver les règles présidant au recrutement des enseignants, lesquels pourront plus aisément savoir demain les cours qu'ils peuvent donner sur base de leurs diplômes, et le barème salarial auquel ils ont droit. En raison de divergences au sein de la majorité Olivier, les titres et fonctions pour les professeurs de religion n'ont pas été inclus dans le projet de décret. Ce dossier sera à trancher par la prochaine majorité qui sortira des urnes, le 25 mai prochain. "Nous restons convaincus que les religions ont leur place à l'école et qu'une prise en compte adéquate de celles-ci permet d'éviter le développement de communautarismes, voire d'intégrismes qui menaceraient la cohésion sociale. Nos cours restent tout à la fois des lieux d'éducation au religieux et du religieux", conclut l'évêque. (Belga)

Nos partenaires