" Les couillons de Compostelle " : vie privée et publique via twitter

29/07/13 à 16:19 - Mise à jour à 16:19

Source: Le Vif

Un commentaire cynique, jugé heurtant par d'aucuns, posté par une collaboratrice politique dont le compte twitter n'est pas étiqueté comme tel, et l'annonce, dans la foulée, du terme mis au contrat qui l'unissait à son parti, le MR, agitent la twittosphère ces dernières heures au point que sur internet plusieurs médias se sont saisis de la polémique.

" Les couillons de Compostelle " : vie privée et publique via twitter

© twitter.com/@gsmet

Tout a commencé samedi quand La Libre Belgique a fait état, sur son site internet, d'un Tweet (entre-temps retiré) rédigé à la suite du drame ferroviaire survenu en Espagne: "les couillons qui ont marché pendant des semaines pour joindre Compostelle sont privés de célébration à cause de ceux qui arrivent en train".

La Libre dit avoir été alertée par un membre actif du MR deux jours après qu'avait commencé à circuler ce message, signé @gsmet, pour Gaëlle Smet, conseillère au centre d'études Jean Gol du Mouvement Réformateur.

Le libellé a indisposé le président du MR Charles Michel à un tel point que le quotidien a appris lundi qu'"il a été décidé de mettre un terme à la collaboration entre le MR et cette conseillère en neutralité de l'Etat au Centre Jean Gol", une information confirmée à l'agence BELGA.

Le porte-parole du MR, Fred Cauderlier, a justifié cette décision en précisant "que le commentaire de Gaëlle Smet ne correspondait pas au respect des religions, au respect des morts et à la neutralité de l'Etat défendus par le MR".

Contactée samedi par La Libre, Gaëlle Smet s'était étonnée du procédé utilisé par certains, qui ont préféré la dénoncer dans la presse plutôt que de la contacter personnellement. "Il n'était pas question de choquer quiconque, c'était juste un peu d'humour noir par rapport à la situation des pèlerins qui avaient été marcher et étaient privés de cérémonie. Ce tweet n'était pas fait pour heurter quiconque et si tel est le cas, je ne peux que m'en excuser", précisait-elle.

Sur le site de La Libre, le professeur de sociologie des médias, François Heinderyckx, décrypte le phénomène qu'il perçoit comme le fruit d'un "télescopage entre une communication sur le mode intime et privé" et "des moyens qui relèvent en fait de la sphère publique et de la diffusion massive". Il fait également observer que les mots d'esprit, l'humour noir et le sarcasme dont a fait preuve Gaëlle Smet sont la loi du genre sur Twitter, certains pouvant se laisser emporter dans leur réaction à des événements médiatiques.

Alors que samedi, quelques utilisateurs de Twitter avaient commencé à réagir au début de polémique, les gazouillis se sont faits plus intenses lundi après la décision du MR de se séparer de sa collaboratrice.

En savoir plus sur:

Nos partenaires