Les côtes françaises de plus en plus menacées par l'érosion

21/11/14 à 11:29 - Mise à jour à 12:03

Source: Le Figaro

L'érosion provoquée par les tempêtes de l'hiver 2013-2014 ont eu de grosses répercussions sur la côte Atlantique française. L'eau a gagné de 10 à 30 mètres, un record.

Les côtes françaises de plus en plus menacées par l'érosion

Côte Atlantique, Saint-Malo © iStockPhoto

L'hiver 201-2014 a été marqué, en France, par une série de tempêtes qui ont durement touché la côte Atlantique. Plus nombreuses qu'à l'accoutumée, les vagues étaient également deux fois plus puissantes ; du jamais vu en 50 ans selon l'Observatoire de la côte Atlantique et le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM).

Les conséquences se voient aujourd'hui : pour la première fois, l'eau a gagné du terrain (de 10 à 30 mètres) sur l'entièreté de la côte. La faute, notamment, à une forte érosion provoquée par les vagues et à un affaissement de 2 à 4 mètres des plages.

La situation devrait encore empirer. Le sable qui s'est retiré n'est pas revenu en été, comme c'est généralement le cas. La côte perd là son bouclier naturel, alors que de premières vagues érosives ont déjà été observées. De ce fait, même s'il n'y a pas de tempêtes violentes comme l'année passée, l'érosion devrait être plus forte.

Certains organismes, tels que l'Office national des forêts (ONF), essaient de combattre le phénomène en employant des techniques "douces". Il est notamment question de placer des branchages sur les côtes pour retenir le sable. Carlos Oliveros, responsable de l'Unité risques côtiers et changement climatique au BRGM, explique au Figaro qu'il s'agit d'une politique utilisée notamment aux Pays-Bas, où ils ont renoncé à construire des digues pour favoriser un accompagnement des phénomènes naturels.

Certains plans de délocalisation sont à l'étude dans le cas où un déménagement serait nécessaire. Parallèlement, quelques chantiers sont encore en cours sur la côte, ce que déplore le BRGM, qui explique qu'il ne sera pas toujours possible de limiter les phénomènes d'érosion et l'avancée des eaux.

Nos partenaires