"Trump, Spacey et les ombres de l'impeachment"

"Trump, Spacey et les ombres de l'impeachment"

Jacques De Decker - On n'a jamais estimé utile de traduire le titre de la triomphale série américaine House of Cards. L'expression "château de cartes" aurait cependant été éclairante, d'autant que le mot château est plus précis que maison.

C'est le moment de... (re)lire Nietzsche

C'est le moment de... (re)lire Nietzsche

David Engels - Nietzsche ! Voilà un nom qui résonne, aujourd'hui comme il y a un siècle. Et pourtant, qui pourrait encore se targuer d'avoir vraiment lu les oeuvres de ce penseur tragique ?

Twitter passe à 280 caractères : "Cher Marcel Proust,..."

Twitter passe à 280 caractères : "Cher Marcel Proust,..."

Thierry Bellefroid - Ne tournons pas autour du pot : vous pouvez revenir. A quelques mois de l'année du centenaire de votre prix Goncourt, la voie est libre. Bon, le monde que vous avez quitté en 1922 a un peu changé.

Menace nucléaire: c'est le moment de... (re)voir "Dr. Strangelove" de Kubrick

Menace nucléaire: c'est le moment de... (re)voir "Dr. Strangelove" de Kubrick

François De Smet - Quelles meilleures circonstances qu'une crispation diplomatique avec menace d'apocalypse nucléaire pour découvrir ou redécouvrir Dr. Strangelove or: How I Learned to Stop Worrying and Love the Bomb, le chef-d'oeuvre de Stanley Kubrick sorti en 1964 ?

Productivité, où es-tu ?

Productivité, où es-tu ?

Philippe Maystadt - Jusqu'il y a peu, l'amélioration de la productivité - la production par heure de travail - était considérée comme un des principaux facteurs de croissance et donc comme une priorité de la politique économique.

"'Trahison' de Lutgen: Cher Charles-François du Perrier du Mouriez..."

"'Trahison' de Lutgen: Cher Charles-François du Perrier du Mouriez..."

Thierry Bellefroid - Dites donc, ça c'est du nom à particule ! Vous n'auriez pas un château de famille dans le BW ou le namurois, par hasard ? On peut vous appeler Dumouriez ? De toute façon, c'est comme ça qu'on vous nomme dans les livres d'histoire. Notez, pour un ex-révolutionnaire, la particule, ça fait un peu mauvais genre.

France et l'absentéisme: où est la démocratie dans tout cela ?

France et l'absentéisme: où est la démocratie dans tout cela ?

Jacques De Decker - Des bureaux de vote où des bénévoles dévoués attendent le chaland. Des images de ruées sur les plages où les citoyens se prélassent, laissant leur sort se jouer entre naïfs qui y croient encore. La gigantesque tragi-comédie que la France s'est jouée durant des mois (qui ont suffi à un enchanteur pour hypnotiser une nation et l'engager dans une nouvelle ère politique) s'est close sur ces images de désertion citoyenne manifeste. La question évidemment s'impose : et la démocratie dans tout cela ?

C'est le moment de... (re)lire Freud

C'est le moment de... (re)lire Freud

David Engels - Le sentiment de malaise profond que ressentent, aujourd'hui, beaucoup d'Européens quand ils pensent à l'état actuel de notre civilisation, et qui les pousse à mettre en péril la stabilité (toute relative) de la société au profit d'expérimentations politiques les plus diverses, n'a finalement rien de très nouveau et semble relever d'un symptôme connu depuis quelque temps déjà au sein de notre monde occidental.

C'est le moment de... (re)lire "Jonathan Livingston le Goéland"

C'est le moment de... (re)lire "Jonathan Livingston le Goéland"

François De Smet - Les francophones ont le Petit Prince d'Antoine de Saint-Exupéry ; les anglo-saxons ont Jonathan Livingston le Goéland. Le tout petit livre que fait paraître, en 1970, Richard Bach présente en effet quelques points communs avec le récit de l'insolent gamin aux cheveux d'or.

"L'Europe ne sera sociale que si les dirigeants nationaux le veulent vraiment"

"L'Europe ne sera sociale que si les dirigeants nationaux le veulent vraiment"

Philippe Maystadt - A l'occasion des 60 ans du Traité de Rome, les chefs d'Etat et de gouvernement ont adopté la " Déclaration de Rome " ; ils y affirment que la réalisation d'une " Europe sociale " est une de leurs priorités. Encore faut-il voir comment cette belle intention va se traduire en réalités pour les citoyens européens.